Monde

La Belgique recherche 3 000 routiers

La Belgique n’est pas épargnée par la pénurie de routiers. Selon la fédération belge des transporteurs, la Febetra, il manque 3 000 conducteurs. L’organisation patronale se préoccupe surtout de la persistance du manque de routiers qui ne fait qu’augmenter au fil des mois. « La pénurie est là, la pyramide des âges devient inquiétante vu le manque apparent d’intérêt dans le chef des jeunes adultes » indique-t-elle.

« Je ne trouve personne avec un permis B, C ou CE. Il faut avoir le courage de dire que certains n’ont pas envie de faire l’effort de travailler, et que d’autres sont très exigeants : ils veulent un CDI tout de suite, là où je peux seulement leur proposer un intérim ou un CDD” a déclaré récemment Didier Michel, vice-président de la Febetra à Sudinfo.be, également dirigeant d’une entreprise de transport.

Karl Zener, formateur poids lourds au Forem, et ancien routier, estime pour sa part, que le contexte n’aide pas à recruter : « Oui, ils roulent dans un beau grand camion, et le job est bien payé, mais il y a l’envers du décor : la pression de l’entreprise, la pression des clients, la pression sur la route car ils ont un temps imparti pour la livraison de certaines marchandises. Il faut savoir se lever tôt, résister à la fatigue et savoir que la vie familiale risque de souffrir des horaires irréguliers ». Et le constat est alarmant. Sur les 10 stagiaires l’an dernier, seuls 3 sont aujourd’hui conducteurs, les autres ont disparu dans la nature.

Alors où trouver de la main d’œuvre ? « Ce n’est pas de l‘étranger que viendra la solution : il manque plus de 100 000 chauffeurs de poids lourd pour toute l’Europe, selon l’Organisation mondiale du transport routier ». Pourtant, comme nous vous le relations il y a quelques mois, des entreprises de transport belges n’hésitent pas à recourir à des routiers étrangers. L’IFAPME, l’Institut wallon de formation en alternance et des indépendants et petites et moyennes entreprises, et le transporteur Jost ont accueilli début 2018 une douzaine de migrants venus de Syrie, Irak et et Somalie, afin de les former aux métiers de conducteurs routiers.

A lire aussi :

Les transporteurs belges recrutent des syriens et irakiens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *