En direct de Bruxelles

Bruxelles souhaite accélérer l’arrivée des cabines aérodynamiques

Le sujet est sur la table déjà depuis une décennie. Produire des cabines aérodynamiques sur les camions afin de diminuer les émissions polluantes et par là-même réduire les coûts de gasoil. Comme nous vous l’indiquions hier, la commission Transport a adopté un texte visant à accélérer la production de telles cabines.

Le rapport de la députée écologiste, Karima Delli, adopté révise la directive 96/53/CE et la directive 2015/719. Il entend déterminer une date limite pour la mise en œuvre des règles spéciales relatives à la longueur maximale pour les véhicules dotés de cabines aérodynamiques. Trois amendements ont été adoptés dont celui déposé par Marie-Christine Arnautu : « il conviendrait de laisser la faculté aux Etats-membres d’imposer leurs propres limitations en ce qui concerne le poids total autorisé en charge (PTAC), ce qui leur permettrait de lutter contre les pratiques déloyales causées par les disparités de réglementation en matière de tonnage, notamment lors des opérations de cabotage entre Etats « caboteurs » et Etats « cabotés ».

Selon les spécialistes, l’aérodynamisme des cabines pourrait réduire de 10 % la consommation de carburant et les émissions, sans toutefois toucher à la capacité de charge. On estime l’économie de carburant à près de 5 000 euros pour un camion longue distance parcourant 100 000 kilomètres. En termes d’émissions de gaz à effet de serre, cela représente une réduction de 7% à 10% soit 7,8 tonnes de CO2 pour le même camion effectuant le même nombre de kilomètres.

L’adoption de cette mesure implique que les constructeurs poids lourd modifient rapidement leur prochaine gamme déjà en développement, sachant qu’il faut trois à quatre ans avant qu’un nouveau poids lourd ne sorte sur le marché.

A lire aussi :

Les camions à cabines aérodynamiques bientôt généralisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *