Social

Elisabeth Borne rencontre les transporteurs polonais

A l’occasion de son déplacement aujourd’hui en Pologne, Elisabeth Borne, ministre chargée des transports, rencontrera à Varsovie les organisations patronales du transport routier et les syndicats de routiers. Il devait être question de l’épineux dossier des travailleurs détachés. Un déplacement qui ne pouvait pas mieux tomber puisque, hier, les négociateurs du Parlement européen, du Conseil (représentant des 28), et la Commissaire européenne aux Affaires sociales, se sont entendus sur un accord pour la réforme du travail détaché qui exclut le transport routier.

Rappelons que l’accord de l’automne n’avait débouché que sur un compromis minimal, avec une réduction modeste de la durée de détachement, qui n’intégrait pas le transport routier, pourtant grand utilisateur de travailleurs détachés. La Pologne y avait joué un rôle crucial aux côtés de l’Espagne et du Portugal afin d’exclure le TRM du dispositif. Ce qu’elle a gagné au final.

Fin août, Emmanuel Macron avait même déclenché une crise diplomatique avec la Pologne. Le président allant jusqu’à qualifier de « nouvelle erreur » le refus de Varsovie de durcir la directive sur le travail détaché. S’agit-il d’une visite de réconciliation entre les deux pays ? Elisabeth Borne a-t-elle été envoyée par l’Elysée pour « recoller les morceaux » ?

C’est au cours d’un déjeuner que la ministre française devrait échanger avec les partenaires sociaux polonais du transport routier. Elisabeth Borne s’entretiendra ensuite avec Andrzej Adamczyk, le ministre des infrastructures ainsi qu’avec les vice- ministres chargés des Transports et de l’International.

Deuxième pavillon européen, le transport routier de marchandises polonais domine aujourd’hui largement le marché européen et continue à gagner des parts de marché. Son activité a ainsi bondi de 11,5 % en 2016 (contre 5,9 % au niveau européen et 1,5 % en France). Si le différentiel de coûts kilométriques s’est légèrement réduit par rapport à 2011 (-34 % en 2016 par rapport au TRM français contre -38 %, 5 ans plus tôt), les transporteurs polonais restent extrêmement compétitifs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *