En direct de Bruxelles

CO2 : le vote des députés européens qui fait peur à l’industrie du poids lourd

Le Parlement européen a voté hier en faveur d’une réduction des émissions de CO2 des voitures et utilitaires de moins de 3,5 tonnes de 40%, entre 2021 et 2030. Ce vote est de mauvais augure pour les constructeurs de poids lourds. Car, Bruxelles doit voter cette fois pour les poids lourds d’ici quelques semaines. Et là encore, les industriels craignent que les députés européens durcissent les objectifs pour les camions.

Les constructeurs poids lourds via l’ACEA qui les représentent ont prévenu : ils ne pourront pas matériellement et financièrement atteindre les objectifs de CO2 pour les camions. La Commission européenne avait annoncé en mai dernier un plan visant à réduire de 15 % les émissions de CO2 des camions d’ici 2025, puis de 30 % d’ici 2030. « Surréaliste » pour les constructeurs poids lourds.

L’ACEA est monté au créneau à plusieurs reprises : « Étant donné l’état du marché et des technologies, une réduction des émissions de CO2 de 7 % d’ici à 2025 serait un juste équilibre entre un objectif ambitieux et réaliste », avançait-elle fin août. « Les poids lourds sont des outils de travail détenus par des professionnels qui, à des fins commerciales, cherchent toujours le véhicule le plus performant, en prenant en compte la consommation de carburant et l’efficacité ». L’ACEA s’est dit très inquiète de l’annonce d’amendes de 6 800 € par gramme de CO2 dépassé/ tonne-kilomètre.

Concernant les voitures et les utilitaires, tout comme pour les poids lourds, la décision finale reviendra aux ministres de l’environnement des différents pays membres qui doivent se rencontrer le 9 octobre pour s’accorder sur une position commune. Les négociations s’ouvriront ensuite entre le Parlement, la Commission et le Conseil européen. Le texte final sera rendu début 2019 avant les élections européennes.

Concernant la position des Etats membres, pour les voitures comme pour les poids lourds, la France peine à livrer sa vision des choses. Seule, l’Allemagne a pris des mesures. Angela Merkel et son gouvernement sont arrivés à un accord avec les constructeurs. Les industriels devraient aider financièrement les Allemands à limiter leur emprunte carbone lors de leurs déplacements en voiture. Pour les poids lourds, les Pays-Bas, l’Irlande, la Lituanie et le Luxembourg militent sans se cacher pour monter le seuil de réduction obligatoire à 24 % pour 2025 et 35 ou 45 % pour 2030.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *