En direct de Bruxelles

CO2 PL : le Parlement propose des objectifs plus élevés

L’ACEA qui représente les constructeurs de camions le craignaient, le Parlement européen a voté pour des réductions plus élevés de CO2 pour les poids lourds et les bus : un objectif de 35% contre 30% proposé par la commission européenne d’ici 2030 avec un intermédiaire de 20% d’ici 2025.

La commission de l’environnement a ajouté les bus urbains dans le champ d’application de la proposition, et proposé que 50% des nouveaux bus soient électriques à partir de 2025, et 75% d’ici 2030.

Les députés ont reconnu « qu’une transition acceptable socialement et juste vers la mobilité zéro émission nécessite des changements tout au long de la chaine de valeur de production, avec de possibles conséquences sociales négatives. Par conséquent, l’UE devrait promouvoir l’acquisition de compétences et la réaffectation des travailleurs dans le secteur, en particulier dans les régions et les communautés les plus touchées par la transition. Les députés prônent aussi le soutien à la fabrication européenne de batteries. »

Dans son rapport de 2022, la Commission devrait travailler sur une potentielle évaluation de l’ensemble du cycle de vie des émissions de CO2 produites par les poids lourds et proposer, si nécessaire, des obligations de communication pour les constructeurs.

Le rapporteur, le député vert néerlandais Bas Eickhout, n’a pas été tendre avec l’industrie de véhicules industriels : « ‘La majorité obtenue ce jour rend les grands pollueurs de la route responsables d’une meilleure protection du climat. Les constructeurs de camions doivent commencer à investir dans des véhicules propres. L’Union européenne doit passer la vitesse supérieure pour devenir une pionnière de la protection du climat dans le trafic routier. Le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a clairement indiqué qu’il n’y avait plus de temps à perdre en matière de protection du climat. » a-t-il ajouté.

L’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA) s’est déclarée inquiète du vote du Parlement européen sur la toute première norme européenne sur les émissions de CO2 des poids lourds. « L’industrie européenne des camions est prête à s’engager dans des objectifs ambitieux en matière de CO2, à condition que ceux-ci soient viables sur les plans technologique et économique dans les délais impartis », a déclaré le secrétaire général de l’ACEA, Erik Jonnaert. Cependant, les niveaux extrêmement stricts de réduction des émissions de CO2 pour 2025 et 2030 sur lesquels les députés ont voté aujourd’hui vont même au-delà de la proposition de la Commission, qui était déjà très difficile pour l’ACEA. « Ces objectifs poseront des problèmes majeurs, car ils ne tiendront tout simplement pas compte des réalités et de la complexité du marché des poids lourds, ni des longs cycles de développement des véhicules utilitaires lourds », a expliqué Jonnaert. ” Les députés devraient être conscients que les camions qui arriveront sur le marché en 2025 sont déjà en cours de développement.”

Les députés ont décidé de transformer ce système en un système de référence, établissant un “malus” de CO2 pour les constructeurs qui ne parviennent pas à atteindre des objectifs de vente totalement irréalistes de véhicules à émissions zéro et faibles. «Cela ne tient pas compte du fait que le potentiel d’électrification des véhicules utilitaires lourds est beaucoup plus faible que celui des voitures, en particulier lorsqu’il s’agit de camions de livraison longue distance. En outre, les infrastructures de recharge font défaut, en particulier le long des autoroutes », a déclaré Jonnaert.

Le Parlement européen se réunira en plénière en novembre et se prononcera sur le rapport.

A lire aussi :

Objectifs CO2 Poids lourd : les industriels VI demandent aux Etats membres d’intervenir

Les poids lourds devront réduire leurs émissions CO2 de 30% d’ici 2030

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *