Social

Comment les Pays-Bas arrivent à limiter la pénurie de conducteurs

Les Pays-Bas comme tous les autres pays européens sont confrontés à la pénurie de conducteurs routiers. Bien que moins importante (7 000 postes à pourvoir), les transporteurs peinent à trouver de la main d’œuvre. Mais les centres de formation ne désemplissent pas, les demandes en formation sont élevées. Il semblerait donc que la pénurie y soit limitée, du moins que le secteur trouve des solutions.

En trois ans, le nombre de conducteurs routiers a augmenté aux Pays-Bas de 5%. Fin 2017, ils étaient 150 000 professionnels de la route (contre 380 000 en France), donc trois fois moins. Le nombre croissant de départs en retraite ne fait qu’augmenter la pénurie de conducteurs.

Pour les transporteurs néerlandais, pas question d’embaucher des conducteurs des pays de l’Est pour les trafics intérieurs. Ils préfèrent compter sur des conducteurs nationaux.

Une bonne nouvelle toutefois. Les temps d’attente pour passer le permis poids lourds sont de plus en plus longs (jusqu’à sept semaines). La raison ? Les centres de formation ne désemplissent pas. Les examens sont même réalisés les samedis et les dimanches. Et des examinateurs retraités ont été rappelés en renfort. Des entreprises de transport ont décidé de former elles-mêmes leurs futurs salariés roulants, ne pouvant pas attendre. Trop de camions restent au parking, faute de main d’œuvre. Fort heureusement, la demande est forte.

La pénurie pourrait s’accentuer aux Pays-Bas, le nombre de conducteurs recherchés pourrait doubler d’ici fin 2018. Mais, contrairement à la France, la nouvelle génération est attirée par le métier de conducteur routier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *