EDITO HERVE REBILLON

Vignette PL étrangers, le manque de franchise

Les fédérations du transport routier peinent à dire sans détours qu’il faut trouver une solution pour que les camions étrangers paient (eux aussi) sur nos routes et que les poids lourds français ne soient pas les seuls payeurs. Elles préfèrent contourner dans l’unisson le problème sans l’oser l’affronter de front. Elles disent que l’amendement proposé dans le cadre la LOM (Loi d’orientation Mobilité) que proposent plusieurs élus de droite et du centre et qui vise à taxer les véhicules étrangers ne ferait que valider une vignette universelle. Nous sommes sur la planète hypocrisie !

C’est vrai que les camions étrangers ne paient rien sur les routes françaises, encore moins le gasoil préférant se réapprovisionner dans les pays limitrophes.

C’est vrai que la part des poids lourds étrangers est de plus en plus importante sans qu’aucune de leur entreprise de transport ne paient de taxe à l’essieu. Cette dernière avoir été créée pour financer l’entretien des routes sur lesquelles ces mêmes camions roulent.

C’est vrai que les règles de cabotage sont trop souvent bafouées.

Et de dire tout ça n’est pas discriminatoire. Au contraire, c’est protéger le pavillon français.

La « démonstration » des fédérations est simple : comme le projet sera retoqué par le Sénat et très certainement par Bruxelles car discriminatoire alors le gouvernement n’aura pas d’autres choix que de le généraliser à tous les poids lourds. Le raccourci est dangereux. En clair, le patronat apporte sur un plateau la recette à Elisabeth Borne avant même que l’amendement ne soit annulé. Et, sans s’en rendre compte, en le soulignant au feutre rouge, elles percent l’abcès avant toute négociation.

Pourtant, les instances parisiennes ont la mémoire courte. A relire les discours de leur président lors des différents congrès, ils n’hésitaient à pointer les poids lourds étrangers. Et ils n’évoquaient pas une possible généralisation d’une taxe quelconque.

La solution ne serait-elle pas de durcir les contrôles des camions étrangers et surtout d’augmenter ces contrôles quasi-inexistants aujourd’hui. Car les mesures existent déjà. Et ça, les fédérations n’en ont pas dit un mot dans leur communiqué commun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *