Social

Espagne : l’interdiction du repos hebdomadaire retardée

L’interdiction du repos hebdomadaire en cabine qui devait entrer en vigueur hier en Espagne est finalement repoussée au 1er janvier 2019. Madrid a décidé de prendre son temps afin de se conformer à la décision de la cour de justice de l’Union européenne (CJUE) du 20 décembre 2017 sur le règlement 561/2006 portant sur les temps de conduite et de repos.

L’interdiction ne concernera que le repos hebdomadaire de plus de 45 heures que le conducteur routier doit effectuer toutes les 2 semaines. S’il ne respecte pas cette nouvelle réglementation, il risque jusqu’à 1 500 euros d’amende, comme l’a précisé la FENADISMER, l’organisation patronale représentant les PME et TPE espagnoles du transport routier.

L’organisation française, l’OTRE, avait réagi en janvier dernier lors de l’annonce de l’Espagne d’appliquer la décision de Bruxelles. Elle avait déclaré « constater avec satisfaction que les actions mises en place par la France dans le cadre de la lutte contre le dumping social et la concurrence déloyale dans le transport routier sont reprises, petit à petit, dans d’autres pays de l’Union Européenne » précisant : « L’OTRE espère que les contrôleurs Espagnols et Français mettront en place des actions de contrôle communes afin de lutter efficacement contre les transporteurs low-cost peu respectueux de la règlementation. »

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *