Actu

Affectation recettes routes : pour la première fois, un membre du COI réagit

Après les fédérations de transport routier, les politiques remettent en cause la non affectation des recettes infrastructures. Pour la première fois, un membre du COI qui a préconisé dans un rapport plusieurs pistes dans le financement des routes tape du poing sur la table. Au lendemain de la présentation par Elisabeth Borne de la programmation des investissements de transport, le sénateur de l’Eure, Hervé Maurey qui est aussi président de la Commission de l’Aménagement du territoire et du développement durable et membre du comité d’Orientation des infrastructures (COI), estime que l’argent récoltée ne va pas où il devrait aller. « Que l’on commence à affecter aux routes, ce qui doit aller aux routes. Et après, nous verrons s’il faut faire encore un effort » nous a déclaré Hervé Maurey évoquant une contribution éventuelle du transport routier sous forme de redevance temporelle ou vignette poids lourd.

Le sénateur déplore par ailleurs que « le montant d’investissement (13,4Mds) annoncé par la ministre des transports ne soit pas à la hauteur des enjeux et des urgences en la matière ». Nous avons joint Hervé Maurey pour savoir exactement ce qu’il reprochait au gouvernement.

Ecoutez la réaction du sénateur Hervé Maurey interrogé par TRM24

Les fédérations de transport routier le crient haut et fort depuis plusieurs mois déjà : La FNTR et TLF insistent « sur une nécessité absolue de transparence des recettes de la route.  Pour s’assurer que ce qui était collecté au titre de la route soit réellement bien affecté au financement des infrastructures. » Même constat de l’OTRE qui estime que le compte n’y est pas. Pour la fédération, la calcul est rapide et simple : « tous les usagers de la route s’acquittent déjà de 39 milliards d’euros, hors TVA et péages autoroutiers, de taxes, redevances ou prélèvements dont 7 milliards pour les seuls poids lourds pour l’entretien des infrastructures routières non concédés. Or, ce sont seulement 13,3 milliards qui sont investis dans l’entretien des routes. » En clair, où sont passés les quelque 25,7 milliards ?! Le ministère des transports quand il est interrogé sur ce sujet ne répond pas.

Le COI, c’est quoi ?
Afin de mettre en œuvre la priorité donnée par le Président de la République à l’amélioration des transports du quotidien, le gouvernement avait instauré en octobre 2017 le Conseil d’orientation des infrastructures (COI). Composé de 16 membres (parlementaires nationaux et européens, représentants des grandes associations de collectivités, experts), ce Conseil a eu pour mission de proposer une stratégie en matière d’investissements dans les infrastructures de transports. Il a remis son rapport en février dernier à Elisabeth Borne, ministre des transports. Le rapport a permis au gouvernement de préparer le volet programmation et financement des infrastructures du projet de loi d’orientation des mobilités (LOM) que la ministre des transports a présenté mardi et qui sera discuté prochainement au Parlement.

One Response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *