EDITO HERVE REBILLON

Le camion nouveau est arrivé

Le nouveau camion, l’Actros 5ème génération, présenté la semaine dernière par le constructeur Daimler marque un véritable tournant dans l’industrie du véhicule industriel. Il s’agit du premier poids lourd autonome commercialisé. Le camion prend désormais la main. Les prototypes sont nombreux mais aucun d’entre eux n’étaient à vendre. A partir de fin septembre, vous pourrez commander votre premier camion autonome !

Dès le départ, lors du lancement de l’Actros en 1996, le constructeur allemand avait décidé de concevoir un camion « adaptable », ce qui constituait déjà à l’époque une r-évolution industrielle. En clair, il pouvait s’autoriser à modifier l’extérieur tout en gardant le même véhicule.

Jusqu’à présent, nous étions, sans vraiment le savoir, au niveau 1 des véhicules avec les aides à la conduite comme le régulateur de vitesse qui gère automatiquement l’accélérateur et le frein. Aujourd’hui, nous venons de franchir une nouvelle étape cruciale avec cette possibilité de co-conduite. Les spécialistes parlent de « mode supervision ». Nous ne sommes pas encore dans la délégation partielle ou totale de conduite. Le nouvel Actros intervient si le conducteur lâche le volant un temps de 15 secondes.

L’automatisation du new Actros repose essentiellement sur une technologie de pointe du constructeur allemand : l’Active Drive Assist version N°5. Un exemple de taille : le camion freine tout seul jusqu’à 50 kilomètre heure. Le conducteur n’a pas à intervenir. Mais il garde la main mise sur le camion en cas de problème. Tout comme le système des véhicules de tourisme Mercedes-Benz, le système ADA permet au véhicule d’effectuer des changements de voie en appuyant sur l’indicateur de direction, sans que le conducteur ait à intervenir pour se déplacer sur la voie indiquée. Nous entrerons dans le « lâcher prise » dès le niveau 3. Ce sera la prochaine étape.

Autre changement de taille : l’interface homme-machine connaît un bouleversement. Un peu sur le modèle du dernier Iphone X, le tableau de bord n’a plus aucun bouton. A la place, deux simples écrans tactiles. Mais le débat sur l’inattention au volant est relancé avec ces tableaux de bord « virtuels ».

Cette automatisation partielle était réservée jusqu’à présent aux voitures. Le poids lourd n’a rien à envier à la voiture. Les principaux systèmes installés sur le nouvelle Actros sont déjà installés sur les classe A du constructeur. Mais l’étape où le routier passera de superviseur à simple passager n’est pas pour demain. Les constructeurs de poids lourd ont quelque peu modifié leur position sur la place du conducteur routier. Désormais, il n’est plus question de le supprimer mais bien de l’occuper à d’autres tâches. L’un des constructeurs qui préparait un camion sans cabine a fait marche arrière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *