Monde

Le Maroc rattrapé par la réglementation UE

De nombreux de leurs conducteurs séjournant particulièrement en Espagne, les transporteurs marocains se disent préoccupés par l’interdiction du repos hebdomadaire de 45h dans la cabine des camions. La Péninsule ibérique appliquera au 1er juillet cette disposition européenne déjà mise en place par la France, l’Allemagne et la Belgique.

Cette mesure qui avait été instaurée en 2017 par la Loi Macron pour lutter notamment contre le dumping social va remettre en cause toute une organisation. Les conducteurs vont devoir se reposer désormais dans des hôtels. Les transporteurs estiment le surcoût des frais à 50%.

« Ce traitement ressemble à une barrière non tarifaire. Il pénalise notre compétitivité en termes de temps de livraison car un exportateur local privilégiera toujours une société de transport espagnole plutôt que marocaine car elle n’est pas confrontée à la contrainte du temps de repos de 9h comme les nationaux», explique Rachid Tahri, vice-président de la Fédération marocaine du transport et de la logistique.

Le conducteur en infraction devrait régler une amende de 1 800 euros. Il encourt en France jusqu’à une peine d’emprisonnement d’un an et une amende de 30 000 euros en cas de non-respect du temps de repos. Le Maroc avait signé l’Accord européen relatif au travail des équipages des véhicules effectuant des transports internationaux par route (AETR).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *