Actu

Les transporteurs de l’Outre-Mer lancent un appel à l’Etat

Comme nous vous l’évoquions hier, des transporteurs de Martinique, Guadeloupe, Guyane et de la Réunion, membres de l’UNOSTRA, ont été reçus jeudi dernier par les ministères de l’Outre-Mer et des transports. Lors de cette réunion interministérielle, de nombreux sujets ont été abordés. La particularité insulaire ne permettant pas d’appliquer la réglementation européenne des transports. Les transporteurs appellent l’Etat à trouver des solutions le plus rapidement. Pas question de parler de grèves pour l’heure, « nous discutons pour l’instant » ont-ils précisé n’excluant aucune hypothèse. Lors du Congrès national de l’UNOSTRA samedi dernier, il a été largement question de ces discussions avec les deux ministères.

Les quatre délégations ainsi que la présidente de l’UNOSTRA, Sandine Bachy, et Catherine Pons, déléguée générale de l’organisation, étaient accompagnés par la sénatrice de Martinique, Catherine Conconne. Ont été abordés des dossiers aussi divers que les délais de paiement (de 12 à 18 mois en Guadeloupe contre 30-45 jours en métropole !), un développement des transports en commun à la Réunion, un dispositif de cessation d’activité pour les plus de 70 ans en Martinique ou encore la prise en charge par l’Etat français des périodes de non activité suite aux cyclones de plus en plus nombreux.

Photos UNOSTRA

« Notre environnement est malsain et compliqué pour nos exploitations » a déclaré Dominique Mangal, président de l’UNOSTRA Guyane. « Nous sommes obligés par exemple de faire des contournements en raison de problèmes d’infrastructures comme des ponts infranchissables par nos poids lourds » a-t-il précisé avant d’ajouter : « Nous avons un turn-over de préfets et on a préféré venir porter la parole à paris avec l’aide de l’UNOSTRA ».

La Guyane récente adhérente de l’UNOSTRA (depuis 2016) a fait part de ses revendications. Les transporteurs demandent en premier lieu le respect des 30 accords de Guyane de 2017. D’autres sujets ont été abordés comme la création d’un second centre de contrôle technique poids lourd, l’ouverture de sessions de formation à d’autres métiers notamment du transport routier de voyageurs ou encore la couverture téléphonique.

Catherine Pons, déléguée générale de l’UNOSTRA, revient sur le cas bien spécifique de la Guyane :

Daniel Jacquens, vice-président UNOSTRA Martinique, n’est pas satisfait des discussions avec les deux ministères et n’exclut pas un mouvement.

A l’issue de la réunion interministérielle, les transporteurs d’Outre-Mer, « les oubliés de la République », sont repartis avec une seule décision : la mise en place d’un référentiel de coût de revient par le CNR dès 2019 pour le transport routier de voyageur en Guadeloupe. Pour les autres revendications, ils devront attendre. Même s’ils ne parlent pas de mouvements pour l’heure, les transporteurs de l’Outre-Mer nous ont déclaré que leur patience aura des limites. TRM24 vous tiendra au courant de l’évolution des négociations tant avec le ministère de l’Outre-Mer qu’avec celui des transporteurs.

Voici la liste des revendications des départements et régions d’Outre-Mer :

Guadeloupe

  • Respect des délais de paiement de 12 à 18 mois
  • Mise en place d’un référentiel de coût de revient pour le transport routier de voyageur
  • Contrats d’assurance accessibles à toutes les entreprises

Guyane

  • Respect des 30 accords de Guyane
  • Création d’un second centre de contrôle technique poids lourd
  • Ouverture de sessions de formation TRM pour d’autres métiers du TRV
  • Couverture téléphonique

Réunion

  • Projets à construire après la NRL (nouvelle route du littoral)
  • Développement des transports en commun

Martinique

  • Disette d’activité donc lancement de projets dans le BTP
  • Dispositif de cessation d’activité pour les anciens
  • Prise en charge par l’Etat des périodes de non activité suite aux cyclones

 

One Response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *