Actu

L’impôt à la source : quel impact pour les transporteurs

L’impôt à la source dont Edouard Philippe a annoncé son maintien hier soir entrera en vigueur le 1er janvier prochain. Le nouveau principe fiscal interroge autant les salariés que les patrons. Les entreprises de transport seront impactées, davantage les plus petites structures. Nous avons interrogé la profession à l’approche de cette nouvelle mesure.

L’impôt à la source pourrait coûter aux entreprises 125 euros par employés et par an. En fonction de l’importance de l’entreprise et du nombre d’employés cela pourrait avoir un impact financier assez important, encore plus pour les petites entreprises.

L’UNOSTRA représente les petites entreprises de transport qui seront beaucoup plus impactées par cet impôt à la source. “Dès aujourd’hui, il faut modifier les logiciels de paye et les mettre à jour, cela ajoute des coûts pour l’entreprise. De plus, il faut former le personnel utilisant ces logiciels, ces formations prennent un temps de pédagogie et donc une perte de temps. Il aurait été beaucoup plus simple de rendre la mensualisation obligatoire “, nous a indiqué Catherine Pons, déléguée générale de l’UNOSTRA. “Aujourd’hui 6 citoyens sur 10 ne payent pas d’impôts. On parle donc de 40% de la population impliquée dans l’impôt à la source. Sur les 40%, seuls 7 citoyens sur 10 sont mensualisés.”, a ajouté Mme Pons.

Pour l’OTRE qui représente les moyennes et grandes entreprises, “la vraie inquiétude pour les entreprises reste sur le plan relationnel. L’impôt à la source requiert la présence des chef d’entreprise dans la manoeuvre. A partir du moment où cet impôt sera mis en place, ce seront les patrons qui prélèveront les impôts. Les entreprises faisant partie de l’OTRE craignent une baisse de confiance de leurs employés. Cela créerait des tensions jusqu’alors inexistantes et surtout plein de question de la part des employés, “est-ce que le bon taux a été prélevé ?” ou encore “est-ce que les bons paramètres ont été appliqués ?” estime la fédération.

“Il y aussi une problématique de perception sociale pour le salarié. Au lieu d’avoir le même bulletin tout les mois comme l’an dernier, il va avoir un bulletin amoindris. De plus, il se peut que les taux d’imposition change durant l’année, donc le taux à la source pourrait être plus élevés” nous ont rapporté les organisations patronales.

L’inquiétude est réelle et concerne aussi bien le transport routier que les autres secteurs. Cela pourrait créer des tensions inutiles au sein des entreprises. Que ce soit pour l’OTRE ou pour l’UNOSTRA, cet impôt à la source n’est pas une véritable solution et ils pensent surtout que les entreprises ne sont pas encore prêtes pour un dispositif pareil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *