En direct de Bruxelles

Objectifs CO2 Poids lourd : ce qu’en pensent les constructeurs

L’accord conclu entre les eurodéputés et la présidence du Conseil prévoit un objectif contraignant de réduction de CO2 de 30% pour les nouveaux poids lourds d’ici 2030, avec un objectif intermédiaire de 15% d’ici 2025. Les constructeurs devront également s’assurer que les véhicules à faibles émissions ou à zéro émission représentent 2% de la part de marché des véhicules neufs d’ici 2025. Bref, de lourdes contraintes pour les constructeurs. Volvo et Iveco n’ont pas tardé à réagir.

Parmi les premiers constructeurs à donner sa position : Volvo Trucks. Pour son président, Roger Alm, les aides incitant les transporteurs à acheter des camions propres ne sont pas suffisantes : « réduire les émissions des poids lourds nocives pour le climat est une tâche non seulement extrêmement importante, mais également fondamentale dans le cadre de nos initiatives de transport durable. Chez Volvo Trucks, nous sommes bien partis pour relever ce défi. Il n’est pas étonnant que l’UE décide maintenant de limiter les émissions de CO2. Cependant, afin d’accélérer la transition, nous souhaiterions que davantage d’incitatifs financiers soient offerts aux premiers clients qui opteront pour des véhicules plus respectueux du climat ».

Les constructeurs ont du pain sur la planche bien que les nouvelle technologies soient de plus en plus performantes. Leurs derniers véhicules atteignent tout juste les objectifs décidés par Bruxelles. Volvo indique que son FH GNL au gaz naturel permet de réduire les émissions de CO2 d’environ 20 % par rapport au diesel alors que l’objectif imposé pour 2030 est une réduction de 30%.

« Avec le biogaz, les émissions du puits à la roue » (TTW) peuvent être totalement éliminées » promet le constructeur suédois qui n’exclut pas le diesel qui représente aujourd’hui la majorité de ses ventes. « Depuis le début des années 1990, la consommation de carburant et les émissions de CO2 d’un camion longue distance Volvo type ont chuté d’environ 20 %. Or, d’autres améliorations sont envisageables, avec des groupes motopropulseurs plus efficaces, une résistance de roulement inférieure, et une meilleure aérodynamique » précise Volvo. Mais le délai est imparti.

Pour Iveco, les solutions pour baisser sensiblement les émissions de CO2 existent mais il faudra du temps pour les généraliser. Comparé à un diesel Euro VI équivalent, son Stralis NP alimenté au GNL émet environ 90 % de NO2, 99 % de moins de particules et jusqu’à 15 % de CO2 en moins et atteignant même une réduction de 95 % de CO2 grâce à l’utilisation du biométhane.

MAN de son côté va plus loin en déclarant que les camions autonomes (en particulier le platooning) permettront d’atteindre les objectifs de Bruxelles. « En utilisant le sillage du premier camion, le convoi économise jusqu’à 10 % de carburant. La circulation en peloton réduit sensiblement les émissions de CO2 » promet le constructeur allemand.

L’ACEA qui représente les constructeurs poids lourds se dit particulièrement préoccupée par les objectifs très ambitieux de réduction des émissions de CO2 des camions. « Ces objectifs sont très exigeants, d’autant que leur mise en œuvre ne dépend pas uniquement du véhicule. » L’association évoque sans détour l’insuffisance du nombre de stations de recharge pour l’électrique et de ravitaillement pour le gaz. « Nous ne pouvons qu’appeler les États membres à redoubler d’efforts pour déployer l’infrastructure nécessaire au chargement et au ravitaillement en carburant des camions à propulsion alternative qui devront être vendus en masse si ces objectifs doivent être atteints » a déclaré le secrétaire général de l’ACEA, Erik Jonnaert.

La Commission européenne n’a pas dit son dernier mot. Elle devra proposer en 2022 de nouveaux objectifs pour l’après-2030, conformément à l’accord de Paris. L’accord conclu hier doit être lui formellement approuvé par la commission de l’environnement du PE, puis par le Parlement dans son ensemble et par le Conseil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *