Économie

STEF augmente son offre de recrutement

Leader européen du transport et de la logistique des produits alimentaires (-21°C à +15°C), STEF lance une vaste campagne de recrutement : 500 postes de conducteurs en CDI et 50 en alternance sont proposés en ce début d’année 2018. Depuis octobre, 127 conducteurs ont déjà été recrutés par le groupe. Reprise de l’activité, une population qui vieillit, un turn-over plus important qu’avant, les raisons sont nombreuses pour expliquer cette forte pénurie de main d’œuvre roulante qui touche aujourd’hui toutes les entreprises de transport en France. Les explications de Renaud Bouet, directeur des ressources humaines de STEF Transport France.

Pourquoi une pénurie de conducteurs ? Les raisons sont multiples. La première étant économique. Pour Renaud Bouet, directeur des ressources humaines de STEF Transport France qui emploie 3 000 conducteurs, la principale raison reste une meilleure santé du secteur : « La reprise des volumes est très forte. Nous n’avions jamais connu un tel mois de janvier (2018). Nous avons donc revu nos ambitions en recrutement. Par ailleurs, nous retrouvons de l’appétence sur l’alternance. » Il faut prendre en compte un autre facteur non négligeable. Le secteur du transport routier de marchandises évolue avec une population âgée qu’il faut renouveler et le temps presse. « Le niveau d’ancienneté reste élevé chez STEF (+15 ans) et la moyenne d’âge dépasse les 45 ans chez nos conducteurs. Nous avons enregistré un doublement des départs en CFA entre 2016 et 2017. Par conséquent, il faut remplacer cette main d’œuvre ». Mais STEF est confronté à un autre phénomène qui a tendance à perdurer et à s’accentuer dans le secteur : le turn-over. « Nous n’avions pas connu cela avant au sein du groupe. Nous constatons un taux de sortie qui s’accélèrebien qu’il soit toujours très inférieur à la moyenne du secteur » nous a précisé Renaud Bouet (photo).

Renaud Bouet, directeur des ressources humaines de STEF Transport France

L’offre de STEF. Alors comment convaincre les futurs conducteurs ? Outre une rémunération avec 13ème mois « supérieure à la moyenne nationale » et un intéressement, STEF propose un accompagnement dès l’arrivée du conducteur : « Nous offrons un véritable parcours de vie du permis poids lourd à la FIMO » nous a déclaré Renaud Bouet. Concrètement, le conducteur qui arrivera chez STEF se verra proposer une tournée régulière avec retour à la maison chaque soir : « STEF est sur du groupage, c’est l’essentiel de la distribution. Nous sommes sur du format horaire compris entre 170 et 182 heures avec des taux horaire qui sont au delà de ceux pratiqués par la profession » nous a indiqué Renaud Bouet ajoutant : « Il est important de préciser que nous avons une vingtaine de formateurs sur toute la France auxquels il faut ajouter des moniteurs référents dans chaque entreprise. Car le froid demande une technicité. Nous formons les nouveaux conducteurs dès leur arrivée à la manipulation des frigos. Outre le savoir-faire, le savoir-être est aussi essentiel chez nous. Comme les relations commerciales avec les clients.  ».

Pour ceux qui ne craignent pas le froid, les évolutions de carrière sont nombreuses chez STEF. « C’est la diversité des ressources. Nous venons de payer quatre permis poids lourds à quatre salariés qui travaillaient jusqu’à présent en exploitation » nous a précisé Renaud Bouet.

 

 

Les avantages proposés par le groupe STEF :

une rémunération attractive avec 13ème mois, intéressement, participation

une complémentaire santé/ prévoyance

la possibilité de devenir actionnaire du groupe et de se constituer ainsi une épargne avec un abondement versé par l’entreprise : les fondateurs du Groupe ont fait le choix d’associer tous les salariés au capital de STEF au travers d’un Plan d’Epargne Entreprise. Ce modèle d’actionnariat- salarié est aujourd’hui unique dans le secteur d’activité du transport et de la logistique dédiées, avec 2 salariés sur 3 actionnaires ;

– la possibilité de construire une carrière et un parcours de vie au sein du Groupe : grâce à des dispositifs d’évolution professionnelle, le conducteur routier peut à terme devenir moniteur puis formateur ou évoluer vers des métiers d’exploitation ;

– des parcours de formations qualifiantes et/ou sur-mesure, notamment sur la position de conduite, la prévention du risque routier ou l’éco-conduite. Sur ce dernier thème, le Groupe dispose d’une vingtaine de formateurs-maison dans le cadre son Institut des Métiers du Froid.

Pour postuler :

www.stef.jobs ou loic.guillaume@stef.com

 

One Response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *