Actu

10 000 camions russes et biélorusses concernés par l’interdiction européenne

Ils étaient le week-end dernier près de 10 000 poids lourds immatriculés en Russie et en Biélorussie à rentrer dans leur pays, l’Union européenne ayant adopté une mesure d’interdiction pour les transporteurs de ces deux pays d’acheminer des marchandises par route dans les Etats membres, et ce en réaction à l’invasion de l’Ukraine. Ils avaient jusqu’au samedi (16 avril) minuit pour quitter l’UE. Des bouchons de 100 kilomètres ont été constatés aux frontières. Du jamais vu.

La file d’attente au poste frontière de Koroszczyn en Biélorussie (sur la route principale de Berlin à Moscou) a atteint 80 kilomètres dans la journée de samedi. De longues files d’attente aux points de passage frontaliers en Lituanie et en Lettonie ont été constatées en fin de semaine dernière.

L’UE a introduit des sanctions interdisant aux camions exploités par des entreprises russes ou biélorusses d’entrer ou de rester en Europe, avec des exemptions pour les véhicules transportant de la nourriture, des médicaments, du courrier et de l’énergie. La date limite était fixé au 16 avril.

Gurtam, qui commercialise un logiciel de suivi de flotte poids lourds par GPS, a estimé à 10 000 camions russes et biélorusses bloqués dans les files d’attente. Le nombre total de poids lourds concernés par les interdictions étant supérieurs.

Pour Luis Gomez, président de l’Europe chez XPO Logistics : « la situation pourrait peser davantage sur le secteur du transport en Europe, mais qu’elle aurait probablement moins d’impact que l’exode de 100 000 chauffeurs ukrainiens d’une industrie souffrant déjà de pénuries de personnel. »

En 2021, l’Union européenne a importé 158 milliards d’euros de marchandises russes, et exporté 89 milliards de produits vers la Russie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.