Actu

2 co-présidents peu pro camion à la tête du comité de gouvernance de la Convention citoyenne pour le climat

C’est Thierry Pech, le directeur général de la fondation Terra Nova et Laurence Tubiana, ex-négociatrice pour la France lors de la COP21, qui ont été » finalement désignés co-présidents du comité de gouvernance chargé de piloter la convention citoyenne pour la transition écologique. Ça commence mal quand on sait que Terra Nova n’est pas vraiment pro poids lourds.

Dans un rapport sur les marchandises datant de 2017, le think-tank Terra Nova, cercle de réflexion qui regroupe habituellement des hauts fonctionnaires, des dirigeants d’entreprise, des chercheurs et des responsables politiques, indiquait : « le transport des marchandises en ville ne se fait pas sans nuisances. Il y a le bruit, l’encombrement des routes et surtout la pollution. Pour l’Ile-de-France, le transport de marchandises représente 10 à 20 % du trafic, mais il est responsable d’un quart des émissions de CO2, d’un tiers des émissions d’oxydes d’azote et de la moitié des particules liées à la circulation urbaine. »

Terra Nova n’est pas contre d’instaurer une taxe Poids Lourds kilométrique, pour l’ensemble du réseau routier. « Son produit sera affecté aux départements et régions pour réinvestissement dans les infrastructures ferroviaires et le fret ferroviaire » disait récemment le « laboratoire d’idées ». Sauf que cette fois, la fondation est aux commandes via son directeur général d’un comité de gouvernance qui devra remettre une liste de préconisations. Et l’étape suivante n’est guère réjouissante puisque le gouvernement appliquera ses conclusions. Même si les citoyens choisis ont le dernier mot, vu l’image du poids lourd dans la société, il ne faudra pas grand chose pour rappeler l’idée d’une taxe poids lourd. Le risque est certain.

Cette convention citoyenne, composée de 150 personnes tirées au sort, sera chargée de proposer des mesures pour lutter contre le réchauffement climatique. L’idée d’une taxe poids lourd refait surface. Fin juin, le Haut conseil pour le climat (HCC), mis en place par Emmanuel Macron, a appelé la France à revoir son action, estimant que «les actions engagées restent insuffisantes» et que le pays a peu de chance de tenir ses engagements internationaux.

La convention citoyenne doit commencer en septembre ses travaux. Ses conclusions sont attendues pour début 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *