Actu

23 ponts français ont besoin de travaux rapides

Plus d’un mois après l’effondrement du pont à Gênes, le ministère des transports a publié hier sur son site la liste de l’état des 160 plus grands ouvrages du réseau routier national (RRN). Il en ressort que 23 des principaux ponts du réseau routier national ont besoin de travaux plus ou moins urgents. Rien sur les routes mais le ministère précise que les collectivités sont en charge des départementales et communales.

« Cette liste est le fruit d’un important travail d’analyse technique et de synthèse de données des services du ministère. Elle sera progressivement enrichie des autres ouvrages du réseau » rappelle le ministère.

Sur cette liste, qui comprend 42 ouvrages directement entretenus par l’Etat et 122 autres confiés aux sociétés autoroutières, un seul est classé en catégorie 1, « en bon état apparent ». Hors catégorie, le viaduc de Millau (sur l’autoroute A75, dans l’Aveyron) et le pont de Normandie (N1029, entre la Seine-Maritime et le Calvados) sont aussi en très bon état.

La plupart des ponts sont en catégorie 2, avec des « défauts mineurs », ou 2E, sous-catégorie pour les ouvrages « dont les risques d’évolution des désordres peuvent à court terme affecter la structure ».

La catégorie 3, celles des « ouvrages dont la structure est altérée et nécessite des travaux de réparation, sans caractère d’urgence », comprend 21 ponts.

Enfin, la catégorie 3U comprend deux « ouvrages dont la structure est gravement altérée et nécessite une intervention urgente ». Le ministère confirme que les réparations sont d’ores et déjà engagées sur le viaduc de Caronte ainsi que sur le viaduc d’Echinghen, des travaux complémentaires sont actuellement programmés. L’ensemble des travaux devrait s’achever à la fin de l’année 2019.

Elisabeth Borne, la ministre des transports, rappelle « qu’en matière d’infrastructures de transports, le Gouvernement a donné depuis le début du quinquennat une priorité très claire à l’entretien des réseaux existants. Dès cette année, les crédits alloués à l’entretien routier ont augmenté, passant de 700M€ à 800M€. Dans le cadre de la programmation des investissements de transports, qui sera présentée prochainement dans le projet de loi d’orientation des mobilités, ces moyens seront en progression constante durant le quinquennat, pour atteindre 930M€ par an en 2023. »

Retrouvez ici la rubrique dédiée à l’entretien des ponts et ouvrages d’art du réseau routier national

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.