Économie

4,3 millions de livraisons semaine en Ile-de-France

Dans une nouvelle édition des carnets pratiques, l’IAU, l‘Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région Ile-de-France, nous révèle quelques chiffres intéressants sur la logistique. On apprend que la région enregistre chaque semaine plus de 4,3 millions de livraisons et d’enlèvements. La logistique couvre 17 millions de m2.

Les auteurs parlent « d’une activité qui se développe et se réinvente chaque jour. Elle constitue un véritable enjeu en matière de services aux populations, aux entreprises et donc aux territoires. » On estime à 7 millions le nombre de consonautes en Ile-de-France, 56% des Franciliens achètent au moins une fois par mois en ligne. Ce qui explique probablement le nombre important de livraisons sur sept jours en Ile-de-France.

« La logistique impacte l’aménagement urbain dans toutes ses composantes, en centre ville comme en périphérie. Dans un contexte d’intensification urbaine et d’économie de l’espace, la prise en compte systématique de l’activité logistique dans les orientations des territoires est prioritaire. Elle s’est éloignée, mais a désormais besoin de nouveaux espaces pour de nouveaux modèles urbains. Cela concerne autant les réseaux de transport et les flux engendrés que l’immobilier, les espaces de livraison et d’enlèvement » rapporte le carnet.

Ce carnet présente les différentes formes de l’activité logistique et en dresse un bref état des lieux sur le territoire francilien. Des fiches d’exemples de bonnes pratiques permettent de montrer de quelles manières l’activité logistique peut être prise en compte dans les réflexions et les décisions des acteurs de l’aménagement et de la supply chain, afin d’accompagner l’écriture des lieux logistiques de demain.

À travers la série des « Carnets pratiques », l’IAU souhaite sensibiliser les acteurs locaux de l’aménagement aux grands objectifs régionaux « Île-de-France 2030 ». Ces carnets sont donc destinés aux responsables publics de l’aménagement, notamment aux élus et aux techniciens des intercommunalités et des communes, mais aussi aux aménageurs, aux urbanistes et architectes, aux acteurs de la chaîne de production de la ville et de la préservation des espaces ouverts.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.