Actu

Accord NAO 2018 : les syndicats partagés

A l’issue d’une quatrième réunion, les partenaires sociaux du transport routier se sont mis d’accord hier sur une revalorisation salariale pour 2018 dans la branche du transport routier : +1,5% en linéaire. L’accord est ouvert à signature pour une application le 1er avril. Alors que toutes les fédérations patronales signeront, les syndicats de salariés sont partagés. FO Transport et la CFDT Transports signeront l’accord alors que la CFTC et la CGT ont annoncé qu’ils ne seront pas signataires. La CFE-CGC consulte sa base.

« C’est désolant. Ce n’est pas avec de telles revalorisations que les salariés du transport routier vont être plus riches » nous a déclaré Thierry Douine, président de la fédération générale des Transports CFTC, à sa sortie de la réunion. « Pour attirer les jeunes au métier de conducteur routier, il aurait fallu prendre à bras le corps les négociations. Ce n’est pas mettre un pansement sur une jambe de bois qui va tout régler. Comment peut-on penser vendre du rêve, avec des taux horaires pour les conducteurs routiers de 4 centimes au-dessus du SMIC pour les moins qualifiés, à 33 centimes pour les plus expérimentés ? » a-t-il ajouté en nous réaffirmant que son syndicat ne sera pas signataire de l’accord. Dans un communiqué, la FGT CFTC va plus loin et dénonce « un faux semblant de négociation ressemblant tragiquement à une comédie aux conséquences incommensurablement destructrices pour les salariés de la branche. »

Pour rappel, réunis en intersyndicale, la CFTC, la CGT, la CFDT et CFE-CGC, avaient demandé une augmentation des taux conventionnels de 2,5% en linéaire à condition qu’elle s’accompagne d’autres mesures comme le 13ème mois ou encore la suppression des jours de carence. FO Transports, signataire, se dit de son côté satisfait : « Au début des négociations, l’inflation était à 1,2%. Par conséquent, avec 1,5% d’augmentation, nous sommes au dessus » nous a précisé Patrice Clos, secrétaire général du syndicat qui prévient malgré l’accord : « la partie patronale, dans son ensemble, porte et portera une lourde responsabilité sur le sujet de l’attractivité de nos métiers du transport. » Concernant le permis professionnel (dossier cher à FO Transports), seule l’OTRE s’est exprimée de façon favorable, « alors que le 4 octobre 2017 l’ensemble de la profession du TRM, TLF/FNTR compris, avait émis un avis positif » tient à préciser Patrice Clos.

Du côté du patronat, on souligne l’unité : « Les NAO se sont déroulés dans un nouveau climat car les entreprises sont en tension de recrutement » nous a déclaré Catherine Pons de l’Unostra (représentant les TPEs), « +1,5% est un effort compte tenu du contexte : certes, l’activité semble repartir mais les augmentations de tarifs peinent à suivre » a-t-elle ajouté. « Cette proposition répond aux attentes exprimées en amont de cette réunion par voie de communiqué de presse, par la FGTE-CFDT et FO-UNCP » déclare Jean-Marc Rivéra, secrétaire général de l’Otre qui « se satisfait des conclusions de cette séance de négociations et attend avec confiance le positionnement définitif après consultation des organisations syndicales. »

En revanche, il n’y a pas eu d’accord sur les frais de déplacements. Les fédérations patronales proposent 0,7% d’augmentation alors que les syndicats demandent 1,24%. Les partenaires sociaux ont décidé de se revoir lors d’une prochaine réunion le 4 avril Prochain. « Nous avons un mandat pour signer à 1,24% de revalorisation » prévient Patrice Clos de FO Transports. Côté patronal, selon nos informations, certaines fédérations pourraient monter jusqu’à 1% d’augmentation. Verdict le 4 avril.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.