Actu Coronavirus

Commandes et livraisons VI : « l’utilitaire a le plus souffert » (Thierry Kilidjean, IVECO France)

Un impact brutal sur le marché

Lors d’une visio-conférence de presse hier, Thierry Kilidjean, directeur général d’IVECO France, a fait un point sur le marché des véhicules industriels qui a plongé « de façon spectaculaire et immédiate pendant le confinement. » Les commandes et livraisons d’utilitaires ont « le plus souffert », selon le constructeur qui a indiqué par ailleurs que « les projets avec Nikola n’étaient pas remis en cause. »

« A la fin février, le marché était plutôt dynamique et il a plongé de façon spectaculaire et immédiate. Même si la France est entrée en retard, elle a été particulièrement touchée » a déclaré le dirigeant. Sur la gamme moyenne et lourde, la baisse a atteint les -76% en avril alors que les immatriculations étaient avant la pandémie en hausse (+1,6%) sur la gamme moyenne et en baisse de -15% sur celle lourde. « Sur l’année, l’impact de mars, avril et sans doute de mai nous permet de réviser les chiffres 2020 du marché. Nous prévoyions 108 000 utilitaires, nous devrions être plutôt sur 80 000 unités. Pour la gamme lourde, au lieu de 50 000 unités, nous devrions terminer l’année à 38 000 unités » a précisé Thierry Kilidjean. « Avec des livraisons au minimum et des usines fermées, le business qui devrait être décalé sera perdu. »

Thierry Kilidjean, directeur général d’IVECO France

Les loueurs ne fonctionnent plus

Alors que l’année avait débuté avec des prises de commandes conformes aux prévisions, l’arrivée du virus a eu un « impact brutal sur le marché. » « L’effet S-Way commençait à bien prendre, nous démarrions bien l’année avec une hausse de 21% sur le segment gamme lourde » a déclaré le directeur général d’Iveco France, qui a précisé que ce sont « les commandes et les livraisons d’utilitaires qui ont le plus souffert pendant la crise. » « Nous avons enregistré beaucoup de reports rapides de livraisons en utilitaires. Les loueurs ne fonctionnent plus » a-t-il souligné. Les commandes ont chuté de 30% en deux mois. En revanche, la gamme lourde (+16 tonnes) a subi la crise plus modérément : « Nous avons enregistré très peu d’annulations de livraisons de poids lourds. Certains clients ont même demandé d’avancer leur livraison » a-t-il fait remarquer. « Tous nos sites de production ont réouverts et tous les véhicules qui étaient bloqués fin mars pour cause de transport sont en cours de livraisons depuis une quinzaine de jours. Il y a encore des contraintes réglementaires avec les frontières et sanitaires. »

Un réseau en service à 100%

« Aujourd’hui, notre réseau est ouvert à 100% et seulement 5% de notre activité commerciale est fermée contre 35% sur toute l’Europe » a fait remarquer Thierry Kilidjean. « Il y a eu un vent de panique à l’annonce du confinement. Nos magasins, nos ateliers, tout s’est arrêté. 70% du réseau vente était fermé et 26% de nos services après-vente au 20 mars, mais dès la fin mars 100% des sites après ventes et ANS du réseau ont fonctionné » a-t-il indiqué. Seule l’activité du Véhicule d’Occasion continue à bien se porter. « Le VO lourd à l’export a bien marché » a tenu à préciser le responsable d’Iveco France.

« La priorité du moment est de trouver du cash et de libérer du stock. Nous allons produire au mois de mai ce que nous devions produire en mars et ainsi de suite avec une question pour le mois d’août. A savoir si nous arrêtons nos productions comme nous le faisons habituellement » a conclu Thierry kilidjean avant d’ajouter : « depuis lundi, nous avons entamé une nouvelle phase avec l’ouverture de notre réseau au public avec des protections sanitaires appropriées. Nous avons remis à l’honneur le transport et les conducteurs. J’espère que nous allons tous surfer sur cette image du camion qui a été véhiculé pendant la pandémie. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *