Actu RECAP ETE

Fret ferroviaire : le premier ministre veut retirer 20 000 poids lourds de la route

Accompagné par la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili et le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, Jean Castex, a été clair : le fret ferroviaire doit être relancer. Le premier ministre qui visitait cette après-midi le chantier de la future plate-forme de transport combiné à Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne) n’a pas hésiter à dire qu’il faut retirer 20 000 poids lourds de la route au profit du rail. Il a annoncé des premières mesures qui entreront dans le cadre de la Convention citoyenne. Une gratuité des péages ferroviaires et l’appel à projets pour des autoroutes ferroviaires.

« Le fret, c’est un sujet majeur. Il faut le reconnaitre, il progresse mais est dans une situation défavorable par rapport à la route. Nous allons prendre des dispositions structurantes » a annoncé le premier ministre avec deux premières mesures : « Le conseil a décidé de la gratuité des péages des sillons jusqu’à fin 2020 (coût estimé : 60 millions d’euros) et le tarif sera divisé par deux à partir de 2021. C’est un signal fort que donne le gouvernement. Il s’agit d’un plan de reconquête du fret ferroviaire. Nous comptons aussi développer les autoroutes ferroviaires dont Bayonne-Cherbourg et Sète-Calais. »

Jean Castex est revenu sur le train des primeurs qui a été supprimé. « La situation est peu compréhensible, on ferme un mode de transport écologique qui doit être plus efficace. Nous envisageons de prolonger la ligne Perpignan-Rungis avec une ligne Barcelone-Anvers. »

« Le transport combiné est l’avenir. C’est un travail de longue haleine. Il faut restructurer sa compétitivité pour mettre tout le monde à armes égales » a conclu le premier ministre sans préciser des mesures concrètes pour la relance du Fret SNCF qui reste dans une situation très critique.

Les fédérations du transport routier ne devraient pas tarder à réagir alors qu’elles attendent toujours de la part du gouvernement des réponses à leurs projets de relance du transport routier.

One Response

  1. Pas etudier la relance mais se demander pourquoi en 50 ans le fret ferroviaire c cassé la figure.
    Perte des marchandises vol sur les quais et greves a répétitions sur le marchandise et les bonnes paroles ne suffiront

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *