Actu

Fret routier européen : l’offre et la demande fluctuent violemment face à la Covid-19 (Benchmark Ti-Upply)

Avec des variations sectorielles

Selon le rapport « Benchmark des taux de fret routier européens » publié par Transport Intelligence (Ti) et Upply, les prix du transport routier ont diminué au premier trimestre de 0,8 % en Europe (en moyenne 1 099 euros), « la baisse de la demande étant compensée par des réductions de capacité », dans le contexte de la Covid-19.

Au cours des deux premiers mois de l’année, la demande était stable, mais la pandémie a changé la donne, particulièrement à la fin mars. « La demande s’est largement rétractée, mais avec des variations sectorielles » fait remarquer le rapport. La production du secteur automobile a été fortement impactée avec des arrêts de productions impliquant l’annulation d’importants volumes de fret routier en lien avec ce secteur. À l’inverse, des hausses brutales de la demande de transport pour alimenter les supermarchés ont été enregistrées. Avec cependant une demande qui a diminué plus tard en France, Espagne et Italie. « La production chimique et pharmaceutique a également connu une hausse soutenue de la demande pendant toute la crise, tandis que les secteurs de la mode et de l’industrie ont souffert » fait-il savoir.

Selon Thomas Larrieu, directeur data chez Upply, « les volumes en Europe se sont effondrés en mars. Bien que l’impact sur le prix moyen du marché ne soit pas violent, la volatilité des prix a fortement augmenté.”

28 lignes sur 34 ont affiché une plus grande volatilité

Selon le rapport qui étudie les évolutions des prix de transport sur les principales routes internationales, sur la ligne France-Espagne, les taux ont baissé car la réduction de capacité n’a pas été aussi rapide que l’effondrement de la demande. De Paris à Madrid, ils ont baissé de 3,8%. Les transporteurs espagnols transportent plus de 80% des marchandises sur cette ligne et sont également des acteurs importants sur l’ensemble du marché international européen, juste derrière le polonais. Cependant, contrairement aux transporteurs polonais qui peuvent se redéployer à travers l’Europe centrale avec une relative facilité en fonction de la demande, dans la majorité des cas, les transporteurs espagnols effectuant des mouvements de fret internationaux doivent passer par la France pour rentrer chez eux, essayant souvent de reprendre un chargement avec eux. Cela signifie que même si l’activité économique a diminué, la capacité n’a pas pu être déployée ailleurs, ce qui a conduit les transporteurs à accepter des prix plus bas. »

Aucune diminution de capacité n’a été enregistrée dans les mêmes proportions sur la ligne Pologne-Allemagne, en raison des bouchons aux frontières. « Dans le même temps, la faiblesse persistante des exportations de l’Allemagne vers le reste du monde contribue à un déséquilibre plus marqué dans les prix Allemagne-Pays-Bas. »

Les chargeurs ont payé un prix moyen de 1,61 €/km pour les services de fret routier au premier trimestre. Parmi les lignes les moins coûteuses : Birmingham-Madrid (0,80 €/km) et Duisburg-Madrid (0,91 € km). La plus forte variation de prix a été observée sur l’axe Paris-Varsovie, dans le sens aller, avec des taux en hausse de 7,5% d’une année sur l’autre. Les lignes italiennes ont affiché une baisse des prix plus importante que la moyenne européenne au premier trimestre, mais les taux ont rebondi plus haut en mars en raison des réductions de capacité.

« La question qui demeure est : comment le marché réagira-t-il au déconfinement ? Comme de nombreux petits transporteurs ont mis en suspens leur activité au cours des dernières semaines, nous devons suivre attentivement l’équilibre entre l’offre et la demande pour anticiper l’augmentation probable des prix » souligne Thomas Larrieu d’Upply.

Téléchargez ici le rapport « Benchmark des taux de fret routier européens » publié par Transport Intelligence (Ti) et Upply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *