Actu RECAP ETE

Immatriculations VI : légère augmentation surprise en France

La France a enregistré des immatriculations de véhicules industriels (tout segment) en hausse (+2,2%) en juin, selon l’ACEA. L’Allemagne accuse une baisse encore importante (-30,5%). Sur le segment des poids lourds, tous les pays subissent de nouvelles chutes des immatriculations.

En juin, la demande de véhicules industriels neufs dans l’UE est restée faible (-20,3%), bien que le taux de baisse ait ralenti par rapport à avril et mai. La baisse a été moins prononcée dans le segment des utilitaires, facilitant le résultat global. Les segments des camions et des bus sont cependant toujours en difficulté. Trois des quatre plus grands marchés de la région ont enregistré une baisse à deux chiffres le mois dernier : l’Allemagne (-30,5%), l’Espagne (-24,2%) et l’Italie (-12,8%), tandis que la France a enregistré une légère augmentation (+ 2,2%). Sur le premier semestre, les immatriculations de véhicules industriels dans l’UE se sont contractées de 33,7%.

4 119 camions immatriculés en France

En juin, les immatriculations dans l’UE dans le segment des poids lourds ont été durement touchées (-55,6%), l’Estonie et la Lettonie enregistrant des pourcentages de pertes de plus de 80%. Les quatre principaux marchés de l’UE ont également affiché des résultats négatifs, en particulier l’Allemagne (-57,4%), l’Espagne (-55,7%) et l’Italie (-51,8%). En France, 4 119 camions ont été immatriculés. Au cours du premier semestre 2019, 92 278 camions lourds ont été immatriculés dans l’Union européenne, en baisse de 44,2 %% par rapport à la même période il y a un an. La demande a reculé de 41,3% en Allemagne, suivie par la France (-40,6%), l’Espagne (-37,3%) et l’Italie (-34,2%).

La baisse des utilitaires se poursuit

En juin, la demande d’utilitaires dans l’Union européenne a diminué pour le douzième mois consécutif. Les immatriculations ont diminué de plus de moitié (-54,3%), passant de 43 876 unités en juin 2019 à 20 064 unités le mois dernier. L’Allemagne – premier marché pour ce type de véhicule – a enregistré une baisse en pourcentage plus élevée (-56,4%) qu’en mai. L’Espagne (-54,7%), l’Italie (-48,3%) et la France (-33,8%) ont connu des baisses similaires de la demande. Au cours du premier semestre de l’année, l’Union européenne a compté un total de 115 224 utilitaires neufs immatriculés, soit 42% de moins. Les quatre principaux marchés de l’UE se sont considérablement contractés : la France (-39,4%), l’Allemagne (-38,5%), l’Espagne (-36,2%) et l’Italie (-33,7%).

Léger mieux pour les bus et autocars

Le mois dernier, les immatriculations d’autobus et d’autocars ont chuté de 41,5% dans l’UE, une légère amélioration par rapport à la baisse de mai (-56,5%). Seuls trois des 27 marchés de l’UE ont affiché des résultats positifs en juin 2020 : Chypre, le Luxembourg et la Slovaquie. Les 24 autres marchés, y compris les quatre principaux, ont tous subi des baisses de pourcentage à deux chiffres en juin. Au cours du premier semestre 2020, la demande d’autobus et d’autocars dans l’Union européenne a chuté de 35,1%, avec 12 508 nouveaux véhicules immatriculés dans la région. Les immatriculations ont diminué de plus de moitié en Espagne (-52,3%), tandis que l’Italie (-21,3%), l’Allemagne (-19,2%) et la France (-18,9%) ont enregistré des baisses plus modestes jusqu’à présent cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *