Actu

Le projet Lyon-Turin jugé trop cher par la Cour des comptes européennes

15 ans de retard

Dans un rapport publié mardi, la Cour des comptes européenne n’hésite pas à épingler les retards et l’augmentation des coûts du projet Lyon-Turin. Le promoteur public chargé de la construction de la liaison ferroviaire répond en précisant que le budget du projet était «parfaitement respecté».

La Cour des comptes a pointé du doigt d’autres projets qui « ne fonctionneront probablement pas à leur pleine capacité d’ici à 2030 comme initialement prévu » et que “cela retardera encore” l’achèvement du réseau transeuropéen de transport, destiné à améliorer les connexions entre les réseaux nationaux le long de neuf corridors européens.

Le projet de liaison ferroviaire Lyon-Turin accuse un retard de 15 ans. Les coûts ont beaucoup augmenté de 4,4 milliards d’euros, à savoir 85% par rapport à l’estimation initiale, selon le rapport. “Les volumes de trafic réels s’écartent notablement de ceux prévus, et il existe un risque élevé de surestimation des effets positifs de la multi modalité”, estime-t-il.

Le promoteur public chargé de la construction de la liaison ferroviaire Lyon-Turin n’a pas tardé à répondre à la Cour des comptes européennes. « L’augmentation des coûts (+85%) évoquée dans le rapport se réfère à une étude préliminaire ancienne, préalable au projet retenu, réalisé par Alpetunnel dans les années 1990», a déclaré Tunnel Euralpin Lyon Turin (TELT) dans un communiqué. Le coût définitif de la section transfrontalière de l’ouvrage estimé à 8,3 milliards d’euros «a fait l’objet d’une certification menée par un tiers extérieur», Tractebel/TUC rail, «qui a analysé le projet de référence de 2015».

«Ce coût validé et ratifié par les États est aujourd’hui totalement confirmé», précise encore le promoteur public. «Depuis que le projet est sous sa forme actuelle», ajoute-t-il, «les coûts s’avèrent être parfaitement respectés, dans le respect des ajustements monétaires prévus».

Rappelons que la future ligne ferroviaire entre Lyon et Turin a pour objectif de réduire le transport de marchandises en camion à travers les Alpes au profit du rail et de diviser par deux le temps de trajet pour les passagers, en mettant la capitale piémontaise à deux heures de Lyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *