Actu

Le secteur du fret ferroviaire propose un plan de relance

4F, l’Alliance réunissant les acteurs du fret ferroviaire en France – Fret SNCF, Euro Cargo Rail (Deutsche Bahn), VFLI (filiale de la SNCF), Europorte (Getlink), Lineas, et les opérateurs de combiné multimodal – a présenté un plan de relance visant à doubler la part du rail dans les transports de marchandises d’ici 2030. Elle estime une économie de 25 Mds € au bénéfice de la société sur la période 2020-2040. Le rapport a été remis au Secrétaire d’État chargé des Transports et l’annonce des engagements de l’État est attendue pour l’automne.

Retrouver l’intégralité du rapport, cliquez ici

« Prévu par la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM) et s’inscrivant dans le Green Deal visant la neutralité carbone en Europe d’ici 2050, ce projet d’avenir répond également aux propositions de la Convention citoyenne pour le Climat en matière de transport de marchandises » rappelle l’organisation

« En dépit de ses efforts d’innovation, le secteur routier seul ne permettra pas à la France d’atteindre les objectifs climatiques qu’elle s’est elle-même donné. C’est aussi ce que souligne la Convention citoyenne pour le Climat qui fait plusieurs propositions d’incitations vers le mode ferroviaire et le mode fluvial dans le domaine du transport de marchandises » note l’Alliance dans un communiqué.

Voici le Plan dans le détail :

  • Investir maintenant pour le futur

L’initiative 4F est un évènement en soi. La France a un potentiel ferroviaire de premier plan. Tous les acteurs réunis ont regardé ensemble ce potentiel avec les yeux de demain, ceux d’une logistique verte à dimension européenne et leur engagement est total.

C’est donc le bon moment pour la filière du ferroviaire et pour l’État d’agir et de décider des mesures de soutien au rail qui contribueront significativement à la reconstruction de l’économie et aux objectifs climatiques et environnementaux. C’est le signal politique fort qu’attendent les Français comme vient de le montrer la Conférence citoyenne pour le climat.

  • Doubler la part des marchandises sur le rail en France

4F ambitionne de doubler la part des marchandises transportées par le rail en France, en passant de 9 à 18% de part de marché, et d’opérer ainsi un rattrapage avec l’Europe, avant que l’écart ne soit impossible à combler. En effet, certains pays européens transportent déjà plus de 30 % de leurs marchandises par le rail (Suisse, Autriche…) et la moyenne européenne est de 18 %. L’Europe s’est d’ailleurs fixé pour objectif de faire passer la part du rail à 30 % en 2030. Ce doublement de la part de marché du rail passe par un triplement du Transport Combiné Rail Route.

  • Un plan d’action fondé sur 3 piliers

4F propose un plan d’action en faveur du climat, de la relance économique, de la santé, et des territoires. Un projet d’avenir au service de l’ensemble des acteurs du transport et d’une logistique verte, un projet qui s’appuie sur les complémentarités entre les différents modes rail-route-fleuve-mer. Ce plan d’action couvre la période 2021-2030.

Ce projet repose sur trois piliers, trois engagements :

  • Celui des opérateurs, qui parlent aujourd’hui d’une seule voix et sont prêts à travailler main dans la main avec la route et le fluvial pour orienter la croissance des transports vers la décarbonation. Ainsi, ils sont prêts à innover et à prendre des risques.
  • Celui du Gestionnaire d’Infrastructure, associé à 4F dans l’élaboration du plan d’action, qui donne priorité à la qualité de service et à l’investissement dans la rénovation du réseau.
  • Celui de l’État, qui, comme c’est le cas dans d’autre pays, doit accompagner la décroissance des émissions de CO2. Il doit décider maintenant des mesures de soutien financier au rail et mettre en place les incitations qui faciliteront l’évolution vers une chaîne logistique plus durable.
  • Des investissements générateurs d’économies au bénéfice de la société

Le plan d’action propose une planification des investissements sur dix ans qui permettront de proposer une offre ferroviaire plus verte et plus attractive, une exploitation modernisée plus efficace et plus souple ainsi qu’une meilleure qualité de service.

Doubler la part du rail en passant de 9 à 18 % permettra une économie sur les coûts externes du transport terrestre de marchandises estimée à 25 Mds€ entre 2020 et 2040. À partir de 2030, les économies dégagées se monteront à 1,5Mds€ par an au bénéfice de la société, de l’industrie, de l’emploi et des territoires. Dès 2032, les gains d’externalités seront supérieurs aux investissements consentis (étude Altermind 2020).

Ces acteurs du fret ferroviaire proposent des efforts venus des opérateurs eux-mêmes ainsi que du réseau, et demande un coup de pouce à l’Etat. Les travaux de régénération du réseau ferroviaire -qui profiteront aussi aux passagers- sont estimés à 1 milliard d’euros d’ici 2024 puis à 12 milliards entre 2025 et 2030, selon 4F.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *