Actu

Pourquoi l’apprentissage risque d’être particulièrement impacté

6 200 apprentis en transport

Alors qu’il avait connu un rebond l’an dernier (+17% dans le transport), l’apprentissage risque d’être impacté à la rentrée prochaine, en septembre. Des mesures ont d’ores et déjà été prises mais elles restent insuffisantes pour les organismes de formation qui demandent d’allonger la période des contrats d’apprentissage déjà signés.

Plus de 6 200 apprentis (1 800 en conduite) ont suivi l’an dernier une formation dans les écoles et Centres de Formation des Apprentis (CFA) de l’AFTRAL et Promotrans, et dans des établissements de l’Éducation nationale ou de l’Enseignement supérieur soutenus par l’AFT.

Alors que le confinement avait débuté, des mesures avaient été prises pour protéger l’apprentissage comme la préservation pour les apprentis de leurs formations et de leur contrat de travail. Philippe Gaumet, directeur du Département de l’Ingénierie et de la Pédagogie à l’AFT, rappelle que « les entreprises du transport et de la logistique ont appliqué aux apprentis les mêmes dispositions de sauvegarde de l’emploi qu’à leurs salariés. Aucune rupture de contrat n’est à déplorer par les CFA de notre branche » avant d’ajouter : « la priorité des entreprises a été et restera la conservation des salariés compétents du transport et de la logistique car elles connaissent le coût d’un recrutement et d’une intégration réussie, les 2 dernières années ont été pédagogiques sur ce point du fait de fortes tensions sur l’emploi de conducteurs. »

Des RH sous pression

Pour la rentrée ? « Les processus de recrutement dans les entreprises sont à l’arrêt, ça va être difficile de signer des contrats d’apprentissage en juin-juillet pour septembre », redoute Aurélien Cadiou, président de l’Association nationale des apprentis de France (Anaf). En effet, face à l’incertitude de l’avenir, de nombreuses entreprises vont être touchées à commencer par les TPEs dont les trésoreries sont désormais vides.

« On peut craindre à la rentrée de septembre et tout au long du dernier trimestre 2020 que les services ressources humaines des entreprises seront sous la pression de la baisse d’activité et des consignes de frein sur les recrutements » indique Philippe Gaumet de l’AFT.  « La signature de contrats de formation en alternance demande une visibilité sur l’avenir que beaucoup d’entreprises n’auront pas avant début 2021. C’est pour cela qu’il est demandé par l’interprofession de la formation professionnelle d’allonger la période de signature des contrats d’apprentissage. »

Les signes d’une réelle reprise

« L’éclaircie viendra du point de croisement de deux courbes : celle de hausse des besoins d’emplois liée au développement du transport et de la logistique de distribution en lien avec le E-commerce, la livraison de services et de produits à domicile, et au départ des salariés âgés ou de santé fragile qui peuvent souhaiter s’éloigner d’emplois marqués par les risques sanitaires et des conditions d’accueil dégradées sur les sites logistiques ; et enfin la courbe de la baisse des besoins liés à une activité industrielle et commerciale en récession » nous a confié Philippe Gaumet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *