Actu

BPW annonce remplir les obligations VECTO prévues pour 2024

A compter de janvier 2024, les constructeurs de semi-remorques devront définir leur impact sur les émissions de CO2 suivant l’outil VECTO. BPW annonce être en mesure dès aujourd’hui de remplir cette obligation. Comme les constructeurs de véhicules moteurs, les carrossiers constructeurs peuvent s’exposer à des amendes de l’Union européenne en cas de manquements à ces déclarations.

Les semi-remorques de 1 à 3 essieux, les remorques à essieux centraux et les dollys devront s’y soumettre, quelle que soit la carrosserie. Quelques options offrent des bonus sur l’outil VECTO : ainsi les essieux relevables et directionnels sont-ils crédités de -4.5% en bilan CO2 sur le cycle type.

Selon BPW, l’usage d’essieux légers est également récompensé. Etant membre des comités VECTO, l’équipementier prône également la prise en compte des systèmes de récupération d’énergie dans les essieux.

Bernd Rhein, Directeur de l’ingénierie appliqués chez BPW explique : « Il y a quelques questions non encore résolues avant la définition finale de la certification VECTO. Davantage de prise en compte des bénéfices du transport seraient souhaitable. En l’état actuel des discussions, un véhicule de grande capacité qui maximise les dimensions légales du Code de la route, par exemple, pourrait obtenir un classement moins bon qu’un camion de dimensions standard. Les combinaisons de véhicules extra-long avec remorques à timon de plus de 3 essieux ne sont pas pris en compte. Un peu plus de finesse est requise pour refléter avec réalisme les facteurs économiques et l’impact environnemental des véhicules. En principe, nous nous dirigeons dans la bonne direction. Le règlement est un atout pour les constructeurs et équipementiers les plus innovants. Cela crée davantage de transparence et de moyens de comparaisons, là où auparavant seul le prix était pris en compte. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.