Actu

Brexit : ce mandat de négociation important pour les marchandises

Les échanges doivent être fixés

« Les négociations sur la future relation commerciale avec le Royaume-Uni s’annoncent très difficiles », ont mis en garde hier les 27 pays de l’UE. Réunis à Bruxelles, les ministres des Affaires européennes de l’UE doivent adopter le mandat de négociation. Une étape importante pour définir les échanges de personnes mais aussi de marchandises. Les négociations doivent démarrer la semaine prochaine.

La période de transition a commencé le 1er février dernier. La réglementation en matière d’import ou export de marchandises ne bouge pas. Cette période, qui doit permettre de préparer la mise en œuvre de l’accord, notamment sur le libre-échange, doit théoriquement se terminer le 31 décembre mais peut être prolongée jusqu’en 2022.

La concurrence doit rester loyale

« C’est un traité très compliqué. Ce sera une tâche très difficile, une longue route nous attend », a prévenu le ministre néerlandais, Stef Blok. Les secrétaires d’Etat allemand et français ont insisté sur la nécessité de maintenir les conditions d’une concurrence loyale entre les deux zones. «C’est une question centrale pour nous (…) nous devons défendre les intérêts de nos entreprises», a déclaré l’Allemand Michael Roth.

A lire aussi : Brexit-marchandises : pourquoi il ne se passe rien

«Il nous semble extrêmement important (…) que nous puissions sur la base des normes européennes dans le temps maintenir des conditions réciproques sur les aides d’Etat, les normes sociales, fiscales, environnementales, agricoles, sanitaires, pour nous assurer (…) de part et d’autre d’avoir un cadre économique équilibré et loyal», a prévenu la Française Amélie de Montchalin.

Début des pourparlers

Après le feu vert de leur ambassadeurs lundi, l’adoption du mandat mardi ne devrait être une qu’une formalité. Ce feu vert est une étape décisive car il permet le démarrage des premiers pourparlers, début mars, entre l’UE et le Royaume-Uni, soit un peu plus d’un mois après son départ le 31 janvier.

Le mandat du négociateur britannique devrait être dévoilé jeudi. Londres et Bruxelles n’ont que quelques mois d’ici la fin de l’année pour s’entendre sur cette future relation, le temps de la période de transition pendant laquelle les Britanniques continuent d’appliquer les règles européennes.

(avec agences)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.