Actu

C Beaune : Nous pouvons passer rapidement à l’électrique commercial

En introduction du diner organisé hier soir par l’OTRE à Paris, le ministre des transports, Clément Beaune, a salué l’engagement du transport routier dans la décarbonation. Le ministre a mis en avant l’électrique estimant que « pour le gros tonnage, nous pouvons imaginer passer rapidement à l’électrique commercial. » Il a annoncé le lancement de groupes de travail sur les ZFE et sur l’attractivité des métiers dans le transport routier (horaires, chargement, déchargement). Et il a confirmé qu’il a bataillé pour que soit inscrite dans le projet de Loi de finances 2023 la pérennité du financement du CFA.

« Notre secteur est à la croisée de plusieurs crises, qui se succèdent ou se juxtaposent [] Nous devons dorénavant affronter les effets systémiques en matière d’énergie et d’inflation de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Ce conflit est l’origine d’une flambée vertigineuse des prix des carburants » a rappelé Alexis Gibergues, président de l’OTRE, qui a surtout insisté sur les conséquences de la grève dans les dépôts pétroliers : « elle met en péril nos entreprises et hypothèque la pérennité de leur activité. Elle a déjà une incidence économique forte en raison de coûts supplémentaires liés aux difficultés d’approvisionnement de nos véhicules, aux temps d’attente et à une nouvelle augmentation des prix du carburant. »

De son côté, le ministre des transports a salué l’engagement de la profession dans ce contexte difficile : « les automobilistes vivent une situation difficile, s’impatientent et c’est légitime mais les transporteurs le vivent aussi et parfois ils ont vécu des discriminations dans le réseau de stations-service. Vous, transporteurs, avez été là comme solution car vous avez permis qu’il n’y ait pas de difficultés supplémentaires » a-t-il ajouté. Il a précisé que les réunions quotidiennes allaient se poursuivre avec le transport routier tant que la crise durera. « Nous ferons en sorte que les stocks stratégiques soient libérés autant que nécessaires et que les dérogations ciblées soient renouvelées afin de permettre une meilleure flexibilité aux transporteurs. »

Les aides doivent être maintenues

Alexis Gibergues a salué que « les 30 centimes d’aide à la pompe perdurent jusqu’à mi-novembre, tout comme la remise complémentaire de 20 centimes du groupe TOTAL. Les aides doivent être maintenues à l’évidence » avant de préciser : « Nous soutenons l’idée d’une remise différée par litre de carburant, gérée par l’Administration fiscale, via un système de remboursement mensuel basé sur les litres consommés au cours du mois précédent. »

En réponse, lors de son discours, le ministre des transports a précisé que « si cela est nécessaire, nous mettrons en place des dispositifs plus ciblés en prenant en compte les besoins des gros rouleurs dans les prochaines semaines » sans en préciser la nature des ces aides.

Le président de l’OTRE a évoqué les travaux de la Task Force qui a pour mission d’établir une feuille de route de décarbonation du transport routier (article 301 de la Loi Climat et Résilience). « Ces travaux permettent déjà d’affirmer que le verdissement des flottes prendra plus de temps que prévu pour la partie électrique et hydrogène, faute d’un réseau de distribution adapté aux véhicules lourds. Ils permettent également de rappeler que les filières du biogaz et des biodiesels gardent toute leur pertinence et qu’elles doivent également être soutenues, tout comme le rétrofit » a-t-il déclaré.

Passer rapidement à l’électrique commercial

« On ne se passera pas de la route comme on ne se passera pas des véhicules lourds, nous en avons besoin. Et ce sont tous les modes de transport qui doivent participer à la décarbonation. L’ensemble du secteur s’y est déjà engagé » a déclaré le ministre qui a mis en avant l’électrique. « Nous lancerons de nouveau des appels à projet sur les véhicules lourds électriques en 2023 » a-t-il indiqué. « Pour le gros tonnage, nous pouvons imaginer passer rapidement à l’électrique commercial, de production de série. Et nous avons les grands champions de la production » faisant référence à Renault Trucks. Le ministre a annoncé qu’une première réunion sur les ZFE avec les Métropoles se tiendrait lundi prochain afin « de mieux harmoniser les règles.» « Un camion peut aller dans la même semaine dans plusieurs villes et on ne peut pas avoir des règles différentes et divergentes » a-t-il ajouté.

Le ministre a annoncé, en réponse au président de l’OTRE, que le Programme EVE (Engagement Volontaire pour l’Environnement) succédant au dispositif « Charte CO2 les Transporteurs qui doit prendre fin le 31 décembre 2023 sera prolongé. « Nous allons construire la suite ensemble. Il n’est pas question d’interrompre cet effort » a-t-il précisé.

Le financement du CFA pérennisé

« J’avais pris l’engagement qu’il n’y aurait pas d’interruption pour le CFA. Il est important pour la profession. Nous avons mis une somme importante mais nécessaire dans le projet de Loi de Finances 2023 » a confirmé le ministre qui a avoué devant les transporteurs « s’être fait engueuler par quelques parlementaires. » Il a précisé qu’il faudra travailler sur la suite avec la réforme des retraites. « 2023 est une année de transition pour le CFA » a-t-il souligné « malgré des débats à venir probablement difficiles. »

Sur le volet social, le ministre qui est attaché à l’Europe s’est félicité du vote du Paquet mobilité dont Elisabeth Borne alors ministre des transports a largement contribué. « Il faut maintenant le faire vivre et le faire appliquer » a déclaré Clément Beaune qui s’est engagé avec les ministères concernés (intérieur et économie) à faire respecter les règles en France.

Retrouvez une interview du ministre des transports, Clément Beaune, lundi prochain sur TRM24.fr, qui reviendra sur ces sujets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.