Camion autonome

Camion autonome : comment le poste de conducteur routier va évoluer et non disparaître

Commercial et logisticien

Dans le cadre du projet européen Future DRV auquel a participé l’AFT, une étude fait ressortir le profil du routier avec l’arrivée progressive du camion autonome. Le routier est de moins en moins conducteur, de plus en plus commercial avec un fort développement des compétences digitales. En clair, on ne parle plus de la disparition du métier mais bien d’une évolution. Voici le détail de cette étude intéressante à plus d’un titre.

Piloter plutôt que conduire

Alors que son métier de base est la conduite (permis de conduire), l’étude prétend que le poste de routier va s’orienter progressivement vers la surveillance et le pilotage du camion. On ne parle plus de conduire le véhicule mais bien de piloter. « Il conservera une capacité d’intervention en cas de défaillance des systèmes » précise l’étude.

Technicien du digital

Le routier devra par ailleurs apprendre de nouvelles compétences dont digitales afin « d’exploiter les outils informatisés et (ultra)connectés qui seront à sa disposition ». Les données transmises (déjà) par les instruments connectés de bord imposeront une connaissance du langage et de l’emploi. L’étude donne un exemple qui montre que le routier deviendra un véritable technicien et logisticien : « il lui faudra analyser la capacité de charge du véhicule en se servant des outils de cartographie disponibles et décider du moment et du lieu opportun, selon les circonstances de sa tournée, de son rechargement. »

Commercial avant tout

Le conducteur du futur sera également amené à collaborer davantage avec le client, tant dans le TRM où il agira comme la vitrine commerciale de son entreprise en projetant une image irréprochable et en communiquant activement avec le client, que dans le TRV où il sera amené à fournir des services supplémentaires (fourniture d’informations touristiques, vente de produits spéciaux etc.).

De nouveaux métiers

L’étude indique par ailleurs que d’autres métiers apparaitront comme contrôleurs de trafic de la flotte de camions autonomes. De même, la transversalité des compétences digitales attendues fait qu’au-delà du métier, ce sont les perspectives de carrière du conducteur qui sont appelées à s’étoffer. C’est là l’objet du projet européen Steer To Career DRV auquel l’AFT participe et dont les résultats définitifs sont attendus courant 2021.

A lire aussi : tout savoir sur le camion autonome

Parcourir l’étude dans son intégralité

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *