Actu

Carburant : l’IRU appelle les gouvernements à une action urgente

L’IRU hausse le ton et appelle les gouvernements à agir en urgence contre la hausse des prix du carburant pour le transport routier. L’organisation qui représente des milliers d’entreprises de transport dans le monde propose notamment de plafonner les prix du carburant et de réduire les taxes sur le carburant, « afin d’éviter une crise économique plus large ».

Pour Umberto de Pretto, secrétaire général de l’IRU : « presque tout ce qui est consommé, porté ou utilisé par la population mondiale est transporté par camion à un moment donné de sa chaîne d’approvisionnement. Si la hausse des coûts du transport routier n’est pas contenue de toute urgence, en plafonnant les prix du carburant et en réduisant les taxes sur le carburant pour les opérateurs, toutes les communautés et tous les secteurs de l’économie mondiale risquent de graves conséquences inflationnistes. L’IRU appelle les gouvernements à agir de toute urgence. »

« Les opérateurs de transport de marchandises et de passagers dans toutes les régions font état d’un tableau sombre en termes de flambée des prix du carburant » indique l’IRU qui a réuni cette semaine à Bruxelles ses membres.

Les prix moyens du diesel ont augmenté de 33% dans les 51 pays que l’IRU suit quotidiennement. « Avec des marges très minces, les opérateurs doivent répercuter les augmentations de coûts sur les utilisateurs ou risquer la faillite » commente-t-elle.

« Les opérateurs de transport routier sont aux prises avec la hausse rapide des prix du carburant. Certains sont déjà au bord de la faillite, mais si le transport routier ne fonctionne pas correctement, les chaînes d’approvisionnement déjà tendues seront encore plus affectées. Les plus grands perdants seront les clients des opérateurs, les citoyens ordinaires et les entreprises qui souffriront si les coûts du transport routier deviennent incontrôlables » a déclaré Radu Dinescu, Président de l’IRU.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.