IAA 2018

MAN mise sur l’électromobilité à l’IAA Hanovre

A l’IAA 2018, MAN y expose cette semaine ses avancées en matière d’électromobilité, de numérisation et de conduite autonome. Parmi les nouveautés phares : outre un camion de distribution entièrement électrique, le MAN eTGM, MAN révèle également sur l’IAA le MAN eTGE, une variante à batterie électrique du nouveau fourgon MAN.

Pour la première fois, il est possible de contempler un prototype du MAN Lion’s City E sur l’IAA de cette année. La prochaine étape consiste à faire des essais avec une flotte de démonstration, constituée d’autobus électriques, pour une utilisation quotidienne dans différentes villes européennes, avant de finalement lancer la production en série de la version à batterie électrique du nouveau MAN Lion’s City. Cet essai global s’assure que la fiabilité des véhicules est suffisamment élevée pour les transports en commun.

Il est évident que les autobus urbains prennent eux aussi le virage de la propulsion électrique. C’est pourquoi MAN a conclu des partenariats de développement avec Munich, Hambourg, Wolsburg, Luxembourg et Paris, afin que les expériences faites au quotidien puissent être prises en compte pour la conception en série.

Pour Joachim Drees, président du conseil d’administration de MAN Truck & Bus AG, il s’agit du plus important champ d’application pour les véhicules utilitaires à propulsion électrique : « C’est dans un environnement urbain que les eTrucks peuvent faire valoir au mieux leurs avantages. Ils ne génèrent pas d’émissions au niveau local et contribuent par conséquent à améliorer l’air dans les villes. De plus, ils sont très silencieux. Cela permettrait, par exemple, de livrer à l’avenir les supermarchés de nuit ; la circulation serait mieux répartie sur la journée. Une chose est certaine pour nous : l’avenir du transport de marchandises et de personnes dans la ville est électrique ».

En matière de platooning, MAN n’est pas en reste. Sur la zone aéroportuaire BER où s’est déroulée la conférence de presse préliminaire à l’IAA d’Hanovre, MAN a mis à profit la voie des taxis de l’aéroport pour expliquer le fonctionnement de la circulation des camions en peloton. Le principe s’articule alors autour d’un timon électronique qui relie deux camions ou plus. Le premier camion définit la vitesse et la direction, celui situé derrière suit de manière automatisée, à une très faible distance de 10 à 15 m environ. En utilisant le sillage du premier camion, le convoi économise jusqu’à 10 % de carburant. Un conducteur est également présent dans le véhicule suivant et peut, si nécessaire, intervenir et prendre la main sur le système.

« La circulation en peloton réduit sensiblement les émissions de CO2 et améliore en plus considérablement la sécurité sur l’autoroute. Le système électronique du deuxième camion réagit en seulement 5 millisecondes à l’impulsion de freinage du véhicule avant, soit plus vite que n’importe qui. Cette technologie a le potentiel pour réduire sensiblement le nombre de collisions graves sur l’autoroute », déclare Joachim Drees.

Dans le cadre d’un projet pilote, un convoi en peloton MAN circule déjà depuis fin juin sur l’autoroute A9 entre Munich et Nuremberg. Le constructeur de véhicules utilitaires teste, en collaboration avec DB Schenker, la façon dont cette technologie fait ses preuves sur les routes en conditions réelles. L’essai sur le terrain sera accompagné par la Fresenius University of Applied Sciences, qui étudie les effets sur les conducteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.