Carrosserie

Chéreau poursuit sa transition énergétique malgré la hausse des coûts

« Les commandes sont là » a précisé Damien Destremau, le président-directeur général de Chéreau, lors la présentation des résultats annuels du groupe. La firme revendique 203 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021, 49% de ventes à l’export et plus de 3 600 carrosseries produites. La part de marché revendiquée en température dirigée (sur le segment des semi-remorques) est de 49% pour la France. Mais elle est en retrait par rapport à 2020, notamment en raison de perturbations dans la chaîne d’approvisionnement. 

Au niveau Europe (entendu ici comme France, Espagne, Allemagne Fédérale, Pays-Bas, Belgique et Portugal) la part de marché de Chéreau en semi-remorques est de 14% en 2021. Dans la rivalité historique opposant Chéreau et Lamberet, sur ce périmètre et toujours pour l’année 2021, Chéreau devance Lamberet (14% vs 11%).

Parmi les motifs d’inquiétude figurent, évidemment, « les fortes variations du coût des matières premières » lesquelles ont un « impact direct sur la rentabilité de l’entreprise ». « Les perturbations liées au manque de composants électroniques qui affectent largement notre processus de production et, évidemment, n’ayons pas peur du mot, l’explosion du prix des matières premières, et la crise en Ukraine qui rend toute projection extrêmement difficile » a indiqué Damien Destremau.

Ces difficultés dans les approvisionnements n’ont pas que des conséquences sur les coûts, elles en ont sur les délais de livraison, devenant très difficiles à établir avec certitude. En outre, le contexte actuel dans le monde du transport routier amène les établissements de crédit à durcir leurs conditions ce qui accroît les risques de voir se multiplier les annulations de commandes.

Le groupe Chéreau a également profité de sa conférence annuelle pour rappeler ses travaux en vue de réduire l’impact des énergies fossiles dans la filière de la température dirigée. « Nous devançons volontairement de très probables législations de manière à proposer (…) des solutions énergétiques pertinentes pour remplacer le gazole et les mettre rapidement en place sur le marché » est-il rappelé dans le dossier de presse. Cela a un impact sur les profils en cours de recrutement (spécialistes de l’hydrogène, électromécaniciens, etc).

De nouvelles innovations

L’accent a également été mis sur le produit avec les divers progrès et équipements (vus notamment à Solutrans 2021) ainsi que sur la gamme Chéreau Performance de panneaux à éléments sous vide d’air (appelée technologie VIP chez Chéreau). Celle-ci est en cours de pré-industrialisation. La marque révèle que cette gamme, en semi-remorque maxi-code avec un rail longitudinal et vertical ATD-C obtient un coefficient K de 0,27 contre 0,36 en gamme classique. La marque revendique 25% de gain sur l’isolation, une valeur significative qui impacte positivement les coûts d’utilisation, en particulier via les moindres sollicitations du groupe froid. Cela peut aussi avoir un effet positif sur la valeur de revente du fait du moindre nombre d’heures de fonctionnement de ces groupes.

Pour 2022, sont annoncé une quinzaine de véhicules ainsi équipés, puis une cinquantaine en 2023. L’objectif demeurant une commercialisation en série entre 2024 et 2025.

Chéreau a également sollicité le Ministère de la Transition écologique en suggérant d’inclure les véhicules carrossés dans les plans et financements des appels à projets en faveur de l’hydrogène. « A ce jour nous n’avons eu aucune réponse des pouvoirs publics, et les aides sur les nouvelles énergies restent cantonnées aux tracteurs et porteurs routiers » a précisé Damien Destremau. La R&D représente 3,3 millions d’euros pour Chéreau en 2021 (hors investissements dans les méthodes et l’outil de production, qui représentent 5,1 millions d’euros) une valeur en hausse par rapport à 2020.

Un rappel a été fait sur les points de service, avoisinant la centaine de points de service dans 22 pays. La France ayant à elle seule 44 sites d’assistance et de réparation. Les clients disposant d’ateliers intégrés peuvent également bénéficier de formations dédiées (généraliste pour l’entretien et la réparation, spécifique pour le Smart Open-C ou le multiplexage). Malgré un contexte 2022 plein d’incertitudes, Chéreau entend recruter une centaine de personnes dans les corps de métier suivants : chardonniers, carrossiers, mouleurs-stratificateurs, peintres industriels, frigoristes, électromécaniciens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.