Actu

Clément Beaune au Congrès FNTR : d’autres mécanismes pour venir en aide aux entreprises

Photo R Lanz

Lors du Congrès de la FNTR hier, Clément Beaune, ministre des transports, a déclaré devant les transporteurs que de nouvelles aides (notamment aux véhicules) sont prévues par le gouvernement afin de s’adapter au métier. Mais aucun mesure concrète n’a été annoncée. Durant la matinée, plusieurs experts se sont succèdés. Selon les chiffres de la Banque de France, le secteur du transport routier s’en sort plutôt bien même si la situation reste fragile. Le TRM a enregistré une croissance en hausse de 10% en 2021. Concernant les énergies, Olivier Gantois, président de l’UFIP a confirmé « qu’il y aurait assez de gasoil », rassurant ainsi les transporteurs présents.

Le ministre des transports a rappelé dans son discours de fin le début d’échanges en juillet avec les organisations patronales dont la FNTR. Plusieurs sujets avaient été abordés comme l’attractivité des métiers ou encore la pénurie de conducteurs scolaires. « Je veux inscrire mon travail dans cet esprit d’échange, le franc parler » a-t-il déclaré lors de son discours au Congrès.

Clément Beaune a rappelé par ailleurs que la première ministre connaissait le secteur du transport. Il a souhaité s’inscrire dans la continuité de cet engagement ». « Nous sommes dans une période de crises, crises qui sont plurielles, qui s’enchainent, qui se juxtaposent » a déclaré le ministre. « Vous avez fait partie de ceux sont restés un lien, une première ligne. Votre profession est aussi une mission. Je voulais être présent car je sais que nous pouvons compter sur vous. »

« Dans la cadre de l’inscription budgétaire, le gouvernement définira d’autres mécanismes pour venir en aide aux entreprises de transport, à ceux qui font le métier. Il est impossible de s’arrêter » a-t-il déclaré. Il a évoqué des aides particulières pour des métiers de la route. « Les aide aux véhicules font partie aussi de ces accompagnements importants » a-t-il indiqué.

Il a annoncé : « dans la Loi de Finance qui sera présentée en début de semaine prochaine, il y a un point qui ne vous satisfera pas complètement, c’est qu’il n’y aura rien sur la défiscalisation des aides. »  Le ministre a indiqué qu’il n’y aura pas d’augmentations de la TICPE en 2023 ». « Ce point ne sera non inscrit pour ne pas ajouter de difficultés dans la Loi de Finances » a confirmé le ministre des transports.

Le ministre est revenu sur les coûts des énergies. « Avec l’explosion des coûts des énergies, nous avons mobilisé des aides importantes à la cuve et à la pompe. Nous continuerons à le faire jusqu’à la fin de l’année. Et le gouvernement poursuivra à définir des mécanismes d’accompagnement, en s’adaptant aux crises.

Il a estimé que « tous les modes de transport contribuent à la décarbonation. Le transport routier restera le transport principal. » Le ministre n’est pas opposé à relancer un appel à projet comme cela a été fait pour l’électrification.

Le TRM tire son épingle du jeu

Le secteur du transport routier a enregistré une croissance de son activité en hausse (+10%) en 2021 mais en deça des services (+16%), selon Carine Jupin de la Banque de France qui a livré plusieurs chiffres intéressants sur le TRM.  Le taux de marge brute d’exploitation retrouve son niveau d’avant crise. « Les entreprises du transport ont réussi à répercuter la hausse du prix sur leurs clients » a-t-elle ajouté.

Les chiffres sont plutôt rassurants pour la profession malgré la tension économique. 80% des transporteurs ot vu leur chiffre d’affaires augmenter contre 15% qui l’ont vu baisser en 2020 et 2021. 7 entreprises du secteur sur 10 sont bénéficiaires en 2021 (2% de taux de résultat courant avant impôts, un taux identique à 2019). L’emploi se porte relativement bien malgré la pénurie qui perdure. Le TRM qui a recruté 3% du taux d’effectif l’an dernier est cependant un secteur à forte intensité de main d’œuvre : +3,2% (taux de variation des effectifs en 2021). Le personnel représente encore aujourd’hui 76% de la valeur ajoutée d’une entreprise de transport (6% pour les impôts, 3% les dividendes).

Toujours selon Carine Jupin de la Banque de France, un quart des entreprises de transport a profité des PGE et le secteur du TRM a déjà bien remboursé ses prêts : 1,5 milliard en 2020 et 768,4 millions d’euros en 2021.

On aura assez de gasoil en France

Olivier Gantois, président de l’UFIP (Union Française des Industries Pétrolières) a rassuré les transporteurs en confirmant « qu’il y aura assez de gasoil en France. » Le pays importe la moitié de son gasoil dont 1/3 en Russie. « Le gasoil va venir d’ailleurs. Depuis mars dernier, nous travaillons aux solutions de substitutions. » A quel prix ? Le dirigeant de l’UFIP a déclaré que « tant que la guerre en Ukraine continuera, on restera dans des prix élevés du gasoil. » Il était plus confiant sur la sortie de crise bien qu’à la fin du conflit, le cours du baril dépendra alors (et de nouveau) de l’économie mondiale. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.