Actu

Hausse énergies : les enjeux du TRM seraient intégrés dans le plan de résilience

Le ministre des transports, Jean-Baptiste Djebbari, a confirmé qu’il souhaitait que les enjeux du secteur du transport routier de marchandises et de voyageurs soient pleinement intégrés dans le plan de résilience en cours de préparation par le gouvernement. L’OTRE, la FNTR et TLF qui avaient été reçues vendredi par le ministère ont fait part des tensions très vives auxquelles sont soumises les entreprises du secteur, en raison entre autres de la hausse des prix des carburants.

« Nous avions demandé au ministre de se positionner très clairement sur le fait que le transport routier serait bien inclus dans le nouveau plan de résilience. Sur ce point nous pouvons donc être rassuré » nous a indiqué Jean-Marc Rivéra, délégué Général de l’OTRE. « Nous pouvons également nous féliciter de constater que le ministre a compris l’urgence de mettre en œuvre des mesures en faveur de la trésorerie des entreprises. Elles en ont un besoin urgent et vital. »

Jean-Baptiste Djebbari a par ailleurs confirmé qu’il a demandé le renforcement des contrôles sur la bonne application des clauses d’indexation, et le lancement immédiat du travail avec le CNR sur les indices. Ce que demandaient les fédérations. Elles souhaitent en effet une communication plus fréquente des indices sur les carburants routiers par le Comité National Routier (CNR), et accessibles à tous.

A lire aussi : Hausse des Energies, les fédérations demandent des mesures urgentes pour le TRM

Mais les fédérations estiment que ce n’est pas assez face à la situation difficile. « Nous attendons beaucoup plus que cela. Nous réclamons des mesures structurelles fortes, notamment sur la question du gel des prix des carburants, et l’annonce d’aides spécifiques à notre secteur dont plus personne ne peut et ne doit douter de son rôle crucial dans le fonctionnement de notre économie » nous a précisé Jean-Marc Rivéra. « Nous allons donc poursuivre les échanges avec le ministère ce week-end s’il le faut et tout au long de la semaine prochaine car les entreprises n’ont pas le temps d’attendre, il y a urgence à leur apporter des solutions concrètes et efficaces. »

Enfin, le ministère a précisé que « les stocks de gazole et la distribution de carburants sont à des niveaux normaux et sécurisés en France à ce jour. Aucun risque de pénurie des approvisionnements n’est donc identifié et la situation fait l’objet d’un suivi détaillé et permanent. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.