A (RE)VOIR Actu

Congrès OTRE : les transporteurs ne se sentent pas entendus, le ton monte

C’est avec fermeté qu’Aline Mesples a accueilli Jean-Baptiste Djebbari, le secrétaire d’Etat aux transports, dans son discours de clôture du Congrès de l’OTRE à Paris. « Nous sommes inquiets. Pire, nous sommes en colère » a-t-elle lancé multipliant les critiques envers le gouvernement parlant même d’un « problème de méthode ». Cependant, le secrétaire d’Etat n’est pas venu sans annoncer quelques mesures comme l’idée de raccourcir les délais de remboursement ou encore la mise en place d’un contrat de Transition écologique ainsi que le lancement d’une expérimentation de platooning en France (décret d’expérimentation début 2020). Mais toujours aucun retour sur la contre-proposition de l’OTRE et des autres fédérations du TRM. Une réunion est programmée en fin de semaine.

TRM24 a demandé au secrétaire d’Etat aux transports s’il comprenait l’impatience et la colère des transporteurs

Jean-Baptiste Djebbari a indiqué lors de son discours prendre en compte la proposition de l’OTRE de « regarder comment prendre en compte le paiement du taux réduit de la TICPE à la pompe sous la forme d’une carte professionnelle ou de raccourcir le délais de paiement de remboursement de la TICPE ». « C’est une proposition que j’ai saisi au bond quand vous l’avez faite » a-t-il ajouté avant de confirmer : « avec mon collègue Gérald Darmanin (ministre de l’Action et des Comptes publics), nous allons mené une mission de manière à aboutir à l’un ou à l’autre en vue de la Loi de Finances 2021. » « Je m’engage résolument sur le sujet, l’une des idées étant que le taux réduit à la pompe pourrait être conditionné à l’usage de carburant propre de manière à avoir cette incitation écologique » a-t-il conclu.

Le secrétaire d’Etat aux transports a par ailleurs déclaré que le gouvernement « était favorable au contrat de Transition écologique que l’OTRE et la FNTR avait proposé. « Comme député j’y étais favorable, il y a plein de sujets dans le sujet. Vous avez cité par exemple le sujet de recharges électriques pour les véhicules électriques. C’est l’un des objets que nous devons étudiez pour la période 2020-2022. L’idée est bien d‘ouvrir rapidement les discussions avec l’Etat, les collectivités, l’ensemble des membres de la filière de manière à aboutir à ce contrat de Transition écologique. »

Jean-Baptiste Djebbari a reconfirmé l’information selon laquelle il avait lancé une « mission pour réviser le mécanisme du congé de fin d’activité ». « Je m’y réengage devant vous ici que l’Etat tiendra ses engagements budgétaires pour les trois prochaines années » a précisé le secrétaire d’Etat.

Aline Mesplès n’a donc pas été tendre avec le représentant de l’Etat : « avec votre gouvernement, je pense que nous sommes en présence d’un problème de méthode. Le dialogue entre l’État et les corps intermédiaires devrait toujours rechercher un consensus. Or, ça n’est pas le cas » a-t-elle déclaré dans son discours. La présidente est revenue sur les dispositions de l’article 19 qui fixe une diminution de 2 centimes de la rétrocession TICPE sur le gazole professionnel pour le transport routier de marchandises. « Nous avons dit qu’il s’agissait là d’une ligne rouge à ne pas franchir par le gouvernement » a-t-elle prévenu ajoutant : « vous aurez réussi au moins cela : nous unir ! »

La présidente de l’OTRE a regretté que « la proposition Eco-Transport proposée par l’OTRE ait été balayée d’un revers de manche bien que plébiscitée par de nombreux parlementaires dans le cadre des débats sur la LOM. » Cette proposition visait à faire contribuer directement les « chargeurs » en fonction de la volumétrie CO2 du transport qu’ils avaient commandé.

« Nous faisons le constat d’une volonté du gouvernement de mettre sous tutelle les partenaires sociaux. On a pu le voir sur l’assurance-chômage comme sur la réforme de la formation professionnelle ou de la santé au travail, le gouvernement a considérablement accrue son emprise sur le dialogue social » a souligné Aline Mesplès ajoutant sans ménagement que « le paritarisme, comme on l’a connu, est en danger de mort. Et pourtant, même s’il n’est pas exempt de défauts, il a permis de grandes avancées dans notre pays et reste, aujourd’hui encore, la condition sine qua non d’une démocratie saine. »

Le secrétaire d’Etat aux transports devrait rencontrer, selon nos informations, les fédérations vendredi ou lundi prochain. Le gouvernement devrait donner son avis sur la contre-proposition, « l’alternative fiscale permettant au gouvernement de financer la transition énergétique et les infrastructures sans pénaliser la rentabilité les entreprises du transport routier. » « La réunion devra être conclusive ! » a lancé Aline Mesplès dans son discours de clôture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *