Actu Coronavirus

Coronavirus : la chaîne logistique du froid a dû se réorganiser

100 000 camions frigos

La chaîne logistique du froid composée de 3 organisations (UNTF, USNEF, TRANSFRIGOROUTE) et qui représente 120 entreprises et groupes de transport ou d’entreposage frigorifiques (100 000 camions frigorifiques) a tenu à souligner dans un communiqué qu’elle a dû « se réorganiser pour répondre aux demandes des consommateurs. »

« Il a fallu en quelques jours organiser le travail différemment, protéger nos salariés, concevoir de nouveaux plans de transport, trouver des solutions pour « sauver » des produits périssables, stocker des produits dont les marchés s’écroulaient » explique Jean-Eudes Tesson, président de la chaîne logistique du froid. « Depuis le début de l’épidémie du Covid-19, l’organisation millimétrée des flux confiés aux entreprises du transport et de l’entreposage frigorifiques a été mise à mal. La chaîne logistique du froid, association représentant les entreprises françaises de transport et d’entreposage frigorifiques de denrées alimentaires, s’organise pour répondre aux demandes des consommateurs et aux enjeux posés par la crise » précise l’association qui regroupe l’Union Nationale du Transport Frigorifique (UNTF), l’Union Syndicale Nationale des Exploitations Frigorifiques (USNEF) et TRANSFRIGOROUTE France.

Nouvelles conditions de vie des consommateurs

Les entreprises adhérentes ont dû s’adapter aux nouvelles conditions de vie et de travail des consommateurs. « Il s’agit de la redirection des achats vers les grandes et moyennes surfaces alimentaires après la fermeture de la restauration collective ou commerciale (RHD), du lissage des achats alimentaires sur la semaine au lieu des pics habituellement constatés le samedi et de la répartition géographique de la consommation, inhabituelle en cette période de l’année. »

« Nos conducteurs, nos agents de quai, sans oublier les techniciens chargés de l’entretien et de la maintenance de nos matériels et l’ensemble de nos équipes ont répondu présents et restent mobilisés. » conclut Jean-Eudes Tesson.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.