Actu Coronavirus

Coronavirus : pourquoi la pénurie d’approvisionnement en produits alimentaires n’aura pas lieu

Les transporteurs et routiers veulent des garanties

Avec l’afflux de consommateurs ces derniers jours dans les magasins d’alimentation, la crainte d’une pénurie de denrées non périssables est sur toutes les lèvres. Le ministère de l’Economie se veut rassurant alors que les fédérations de transport routier et les syndicats de routiers veulent des garanties pour la sécurité de leurs salariés.

La « sécurité d’approvisionnement en produits alimentaires » sera “garantie dans les jours et les semaines à venir” en dépit de l’épidémie de coronavirus, a déclaré hier le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, à l’issue d’une réunion avec les acteurs de la distribution et l’agroalimentaire. Assurant qu’il n’y avait pour l’heure “aucune pénurie” en France, il a affirmé qu’il n’y aurait “pas de rationnement” et que “90 à 95% des références (seraient) présentes” dans les rayons. »

« Nous comptons sur le comportement responsable des Français (…) pour ne pas se précipiter sur les rayons et acheter plus que de besoin”, a indiqué le ministre. Même discours du côté de la grande distribution. Michel-Edouard Leclerc a déclaré : « nous continuons à travailler étroitement avec les transporteurs et les fournisseurs. Gérer des flux constants, nous saurons faire. »

Le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime a annoncé hier ne pas avoir « relevé de perturbation dans la production et assure un approvisionnement normal et régulier du marché national en produits agricoles et de la pêche ». Le ministère indique aussi que les fruits affichent également « un niveau de disponibilité très satisfaisant », notant qu’en plus des disponibilités, la production se poursuit de manière normale permettant sur un plus long terme un approvisionnement régulier du marché.

Ne pas négliger la santé des conducteurs

L’IRU appelle les gouvernements « à aider à maintenir les chaînes d’approvisionnement du transport routier, en particulier pour les produits essentiels tels que les denrées alimentaires et les articles médicaux, de la manière la plus sûre possible pour les travailleurs des transports ». Car beaucoup s’inquiète de l’état de santé des conducteurs et des salariés de toute la chaîne du transport et de la logistique. La CFDT Transport s’inquiète « pour les milliers de conducteurs qui doivent pouvoir s’alimenter et avoir une hygiène convenable ». Le syndicat demande aux employeurs (transporteurs) et au ministère des transports « de veiller à ce que les conditions de travail des salariés soient respectées, notamment les salariés qui sont en contact direct avec la clientèle, bénéficient des moyens de protection ».

Rungis sécurisé

Rungis a annoncé avoir pris des mesures. La Semmaris, qui exploite le MIN, a renforcé toutes les mesures prophylactiques : augmentation de la fréquence de nettoyages des allées marchandes et des stands, distribution de gel hydroalcoolique, … Un référent santé a par ailleurs été désigné, en lien permanent avec les autorités sanitaires. Les visites de particuliers qui montent jusqu’à 22 000 chaque année ont été suspendues jusqu’à nouvel ordre. Seuls les 12 000 salariés de Rungis et ceux qui disposent d’un numéro Kbis peuvent désormais entrer. Les grossistes qui travaillent avec l’Italie ont mis en place de nouvelles procédures afin de protéger ses salariés avec l’obligation de port de masques et de combinaisons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *