Coronavirus

TEMOIGNAGE : « Nous avons bien travaillé à l’international » (Olivier Leloup, Transports Leloup)

On rappelle les camions

Dans cette crise sans précédent que subit le transport routier français, certaines entreprises s’en sortent plutôt bien. C’est le cas des Transports Leloup basés au port du Havre et spécialisés dans le conteneur citerne qui a vu ses activités baisser de 50% au plus fort de la crise fin mars avec une certaine dynamique à l’international.

« Dans l’ensemble, nous nous en sommes bien sortis. Nous réalisions la moitié de nos activités à la fin mars. Moins 20% sur le conteneur citerne, moins 50% sur la citerne routière liée à l’automobile et moins 50% sur le conteneur classique. Les conteneurs frigos ont bien marché. Maintenant, sur l’ensemble, nous sommes à 70% de nos activités. Mais nous allons compter les points à la fin » nous a indiqué, prudent, le dirigeant. Mais Olivier Leloup s’estime satisfait malgré la crise : « faire du conteneur est un vrai plaisir. Ça se passe bien aux terminaux même si au niveau administratif c’est plus compliqué. »

Un dérèglement des systèmes multimodaux

« Nous avons bien travaillé à l’international avec la Suède et l’Espagne. Nous avons transporté des huiles biocarburant et des additifs par exemple. On assiste à un dérèglement des systèmes multimodaux, on rappelle les camions » nous a-t-il confié.  Olivier Leloup a constaté au sein du groupement FLO auquel il appartient que « les métiers liés à l’alimentaire ont été peu impactés.

Le transporteur sait qu’il peut s’appuyer sur ses salariés, une aubaine en temps de crise : « Nous avons une bonne équipe de conducteurs. Je sais que je peux compter sur eux. Peu ont cessé de travailler » nous a précisé le dirigeant avant d’ajouter : « Sur les 80 conducteurs, on a eu quelques arrêts pour garde d’enfants et quelques arrêts de personnes fragiles. Je n’ai pas eu recours au chômage partiel, on a puisé dans les congés payés » nous a-t-il précisé. Dans l’autre entreprise de transport qu’il dirige, c’est moins simple. A la tête des transports Pierre Leloup, sur les 4 camions que possède la structure les 4 sont à l’arrêt. « Elle est spécialisée dans le transport exceptionnel, le bâché et le plateau. Sur nos 3 gros clients dans le BTP et l’industriel, tous ont fermé. J’ai mis mes 4 chauffeurs en congés. »

Le chef d’entreprise estime que la crise ne doit pas perdurer. « Il ne faut pas que cela dure, nous avons limité la sous-traitance. » Même s’il dirige de main de maître son entreprise depuis 30 ans, Olivier Leloup ne peut s’empêcher d’être au contact de la carrosserie d’un camion. Il a déjà restauré de nombreux bahuts, un hangar entier abrite une quinzaine de vieux poids lourds. Il a ainsi donner une seconde vie au Fiat 619 T1 de son père transporteur. Et la crise lui a permis de renouer avec la conduite. « J’ai repris le volant certains week-ends » se rejouit le chef d’entreprise.

One Response

  1. Je me souviens très bien d’Olivier LELOUP, il y a trente ans, avec son camarade Jean LEFEVRE, et Sandra BLUET des transports Gilbert BLUET mon premier employeur qui m’a donné la possibilité d’être ce que je suis aujourd’hui : fier d’être Transporteur Routier !! Que de bons souvenirs lors de ce mois d’etude Intense pour obtenir notre attestation de capacité ! En tout cas … chapeau et respect pour ta réussite Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *