Coronavirus

TEMOIGNAGE : “Peu de baisse d’activité grâce aux pâtes !” (Michel Gastaldi, Transports TMG)

Des activités en baisse de 20%

Michel Gastaldi est un mordu de la belle carrosserie. Tous ceux qui côtoient les grands prix camions connaissent ce transporteur de Gardanne ou plutôt ses magnifiques camions décorés. Mais, crise sanitaire oblige, il a laissé sa passion de côté pour se consacrer entièrement à son entreprise et à ses salariés. Il a deux casquettes : patron et conducteur.

Pour le dirigeant des transports TMG, la crise n’a pas été synonyme d’arrêt total comme de nombreuses entreprises du secteur. « Je ne me plains pas. Nous avons toujours été en activité. Je n’ai perdu que 20% de mon chiffre d’affaires sur les deux mois de mars et avril.» nous a-t-il confié. Il consacre près de 60% de son activité au transport de blé. « Nous n’avons pas arrêté depuis le début du confinement. Nous avons livré du blé en grand nombre pour l’usine Panzani de Marseille. Les français n’ont pas arrêté de manger des pâtes ! Il a fallu fournir » se réjouit-il. Son autre activité, le négoce de matériau, a été, en revanche, au ralenti. « Nous avons enregistré une petite baisse. Nous avons fait beaucoup de retour à vides. Et puis tout s’’est arrêté car ils ont tous fermé. »

Le transporteur a enfin une petite activité en TP mais là tout s’est arrêté du jour au lendemain. « Nous transportons du gravier pour les enrobés. Je n’avais plus aucun camion sur cette activité. De plus, la centrale à bétons avec qui nous travaillons a fermé. » L’activité semble repartir depuis 15 jours.

Esprit de famille

Michel Gastaldi a toujours travaillé avec un esprit familial. Il compte 4 camions. Quand il n’est pas au bureau, il roule. Il n’a jamais quitté le volant. Sa femme a passé tous ses permis et l’a rejoint. Deux autres conducteurs travaillent pour lui. « Quand il y a eu une baisse d’activité, j’ai mis ma femme à l’arrêt tout le mois d’avril » nous a confié le chef d’entreprise.

Le patron se sent épargné, les pertes financières ne devraient pas être trop importantes. « Je suis chanceux. En plus, j’ai revendu un camion juste avant la pandémie. Je devais en racheter un mais la crise est arrivée. Heureusement, nous avons un camion de secours. L’argent pour le nouveau camion compensera ce que nous avons perdu » a estimé Michel Gastaldi.

Le Dolce Vita, le General Lee et This is it sur le thème de Michael Jackson ou encore dernièrement le Patrick Swayze, les camions décorés restent sa principale passion depuis 20 ans quand il ne roule pas. Michel Gastaldi qui se dit « piqué au gasoil » pense déjà au prochain thème qu’il apposera sur l’un de ses camions. Il sait qu’il faudra attendre un peu, le coût d’une décoration d’un camion pouvant atteindre les 15 000 euros. Les camions décorés, une manière de penser pour lui à autre chose que la crise sanitaire et économique qui secoue fortement le transport routier. Le Grand Prix du Castellet qu’il affectionne tout particulièrement est repoussé à fin octobre, il faudra être patient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *