Actu

Crise en Ukraine : les Etats ne vont pas assez loin dans les aides au TRM

« Le cadre de crise de l’UE en matière d’aides d’État à l’Ukraine n’est pas suffisant pour arrêter les faillites dans le secteur du transport routier » a lancé l’IRU qui représente les transporteurs dans le monde. La Commission européenne a annoncé mercredi un cadre de crise temporaire pour les aides d’État aux mesures de soutien économique liées au conflit.

« L’IRU salue les mesures temporaires visant à soutenir l’activité économique et l’emploi dans l’UE, mais elles sont insuffisantes », a déclaré Raluca Marian, directrice du plaidoyer européen à l’IRU. « Les exemptions sur les aides d’État sont limitées et non spécifiques au transport, et la hausse des prix du carburant n’est même pas mentionnée. Le plan nécessite des mesures spécifiques pour soutenir les opérateurs de transport routier aux prises avec des prix du carburant incontrôlables et confrontés à une crise de trésorerie. »

Les prix du carburant ont augmenté jusqu’à 80 % depuis janvier 2021, avec un pic de plus de 25 % au cours du seul mois dernier. Le carburant représente 30 % des coûts d’un opérateur de transport routier commercial, mais il est souvent impossible de répercuter les hausses de coûts sur ses clients.

« Avec des marges minces et des conditions commerciales restrictives, une grande partie du million d’entreprises de transport routier de l’UE sont au bord de l’effondrement financier, en particulier les plus de 80 % qui sont de petites entreprises avec moins de dix véhicules » précise l’IRU dans un communiqué.

« A moins d’être soutenues par des fonds publics, de nombreuses entreprises de transport routier feront faillite dans les semaines et les mois à venir, créant des lacunes importantes dans les chaînes d’approvisionnement et les réseaux de mobilité de l’UE », a ajouté Raluca Marian.

Hervé Rébillon
Les derniers articles par Hervé Rébillon (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.