Non classé

Des dépistages de cannabis chez les transporteurs canadiens

A quelques mois de la légalisation du cannabis au Canada, le gouvernement fédéral souhaiterait rendre obligatoires les tests de dépistage aux salariés dans l’entreprise. Le transport routier est concerné par la mesure qui n’a pas été adoptée. Un Comité réunissant tous les secteurs professionnels dont le camionnage est divisé sur la question.

Aujourd’hui, à part l’armée, rien n’oblige un employeur à imposer un dépistage aux stupéfiants et à l’alcool. Le Comité avait trouvé un compromis, de pouvoir réaliser des tests aléatoires pour certains « emplois critiques pour la sécurité » (dont les postes de conducteurs routiers et d’autocars) mais l’idée a été refusée.

Comme l’Europe, le transport routier nord-américain est confronté aux drogues chez les professionnels de la route. La Comité estime qu’il n’y a pas besoin de nouvelles lois, « l’employeur pouvant prendre toutes les mesures nécessaires pour refuser un salarié avec des facultés affaiblies. » Les Etats-Unis de leur côté ont réglé le problème avec des tests de dépistage obligatoires au travail.

Les employeurs des autres secteurs comme le transport en commun et l’aérien craignent que la légalisation du cannabis ait un impact sur les conditions de travail de leurs salariés et donc sur la sécurité des passagers. La Commission de transport de Toronto (CTT) a pris les devants puisque des accidents liés à la drogue ont déjà eu lieu. Depuis mars dernier, conducteurs et mécaniciens sont soumis à un test aléatoire de dépistage de drogue ou d’alcool.

« Le gouvernement doit considérer plusieurs facteurs avant de prendre une décision définitive, et il a encouragé les employeurs et les travailleurs à ne pas quitter le comité », selon Stephen Laskowski, président de l’Alliance canadienne du camionnage.

Selon M. Laskowski et d’autres membres du comité, le gouvernement n’a pas accepté de permettre aux employeurs de faire subir des tests aléatoires aux travailleurs, mais il n’a pas non plus rejeté complètement l’idée.

Le Sénat canadien a adopté jeudi dernier en deuxième lecture, le projet de loi du gouvernement fédéral sur la légalisation du cannabis. Prochaine étape : le projet de loi C-45 sera étudié par cinq comités du Sénat avant de revenir à la Chambre haute pour la troisième et dernière lecture, le 7 juin pour une entrée en vigueur de la légalisation du cannabis l’été prochain.

De Montréal, Daniel Lacroix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.