Actu

Djebbari : dialogue de sourd avec les syndicats

Les organisations syndicales du transport routier ne décolèrent pas et s’impatientent. Elles entendent parler de mesures sur les retraites sans avoir été consultées. Selon nos informations, Jean-Baptiste Djebbari, le secrétaire d’Etat aux transports, se serait avancé sur la pérennisation de 3 ans du financement du Congé de Fin d’Activité. Ni Elisabeth Borne, ni le ministère du travail et ni Bercy auraient donné leur accord.

Selon un proche du ministère, le tout jeune secrétaire d’Etat aux transports se serait fait remonter les bretelles boulevard Saint-Germain, autrement dit du côté du ministère de la transition écologique. La pilule a du mal à passer. L’annonce prématurée de la pérennisation de 3 ans du financement du CFA n’aurait pas été validée en haut lieu.

Les syndicats de leur côté ont du mal à comprendre les annonces du secrétaire d’Etat aux transports, aucune négociation n’ayant eu lieu sur le sujet. Comme nous vous l’avions annoncé, une réunion sur le CFA a lieu le 15 octobre. Les négociations débuteraient après la mesure annoncée ?

Les organisations syndicales s’impatientent sur de nombreux dossiers comme celui des heures supplémentaires. La mesure sécurisant les heures supplémentaires pour les salariés du Transport Routier n’est toujours pas applicable puisqu’elle est intégrée à la LOM (Loi d’Orientation des Mobilités) qui n’est toujours pas votée comme le rappelle FO Transport. En décembre dernier, les syndicats avaient obtenu un engagement d’Elisabeth Borne, alors ministre des transports, dans le cadre de la LOM ainsi que celui du patronat du maintien des heures supplémentaires à + 25 et +50%. Depuis, plus rien.

Dans un communiqué, FO Transport rappelle qu’il a toujours « combattu la régression sociale majeure que voulaient lui imposer la loi El Khomri et les Ordonnances Macron, notamment concernant les heures supplémentaires ». En 2016, FO et la CGT combattaient la loi El Khomri et obtenaient par décret le maintien des HS à 25 et 50%. Un an plus tard, les seules deux organisations obtenaient l’accord du 4 octobre 2017 (toujours pas étendu). Entre-temps, les fédérations patronales du transport attaquaient le décret sécurisant les HS devant le Conseil d’Etat. En novembre 2018, elles obtenaient gain de cause. Les conséquences de cette décision du Conseil d’Etat : dès août 2019, chaque employeur ont pu appliquer les mesures de la loi El Khomri, toutes les HS à +10%. FO et la CGT ont déposé un préavis de grève pour le dimanche 9 décembre 2018. Avant que le mouvement ne soit lancé, le 6 décembre, les syndicats obtenaient donc un engagement écrit de chaque organisation patronale du maintien des HS à + 25 et 50% ainsi qu’un engagement de la ministre des Transports en attendant le vote de la loi LOM.

FO Transport prévient : « si le Premier Ministre touche, comme il l’a annoncé, au temps de travail des conducteurs routiers, il y aura le feu. » Le voilà prévenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.