Articles 18H

e-commerce et la mise sous pression des métiers de la livraison urbaine

L’IAU, l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France, vient de publier une note sur la vente en ligne et tente de démontrer ses paradoxes. Le chiffre d’affaires du e-commerce franchira cette année les 100 milliards d’euros en France. Il représente 14% du total des ventes au détail. « La progression des ventes en ligne dans l’Hexagone est encore dans une dynamique puissante » précise l’IAU.

« Cette augmentation est aussi stimulée par celle des commandes sur smartphones et sur tablettes et les événements commerciaux tels que le « Black Friday ». Parmi les axes de croissance à venir se détache la vente de produits alimentaires en ligne : la foodtech dont la livraison de repas à domicile.

La note de l’IAU tient à souligner les répercussions sur la logistique : « Alors que l’emploi dans le commerce de détail en France augmente faiblement, certains baromètres donnent à penser que les créations d’emplois explosent dans la logistique, le marketing et l’informatique. » Avec un bé mol : « Et si l’appel de main-d’œuvre en logistique revêt un intérêt économique, il s’accompagne aussi d’une mise sous pression des métiers de la livraison urbaine amenés à gérer plus de produits, plus de colis, dans des délais toujours plus courts, sans pour autant augmenter leur rémunération. À cela s’ajoutent les difficultés de livraison du fait d’un aménagement urbain qui n’intègre pas suffisamment la logistique. »

Le e-commerce pose aussi des problèmes environnementaux : « Le B2C prend de plus en plus de place dans les livraisons et devrait concerner la moitié des colis livrés d’ici cinq ans, selon Frenchweb. Ce service personnalisé a un coût environnemental, lié au type de véhicules utilisés, au trafic engendré par les livraisons plus fragmentées. »

A lire aussi :

Le e-commerce modifie le marché mondial des poids lourds

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *