EDITO HERVE REBILLON

Constructeurs : mieux isoler pour mieux vendre

Isoler pour mieux vendre. C’est apparemment le procédé que les grands groupes qui détiennent ou détenaient les marques historiques de poids lourds ont adopté ces derniers mois. Dernière opération en date : Iveco dont la maison mère, CNH Industrial, a annoncé la semaine dernière se séparer des activités bus et poids lourds. La prudence est de mise : les chinois surveillent les grandes manœuvres qui ont bel et bien commencé pour le pire et le meilleur.

C’est au tour d’Iveco donc de retrouver une certaine « liberté », quoique contrôlée. La maison mère, CNH Industrial, a annoncé que sa filiale véhicules industriels allait se transformer en une « société cotée ». En clair, Iveco se retrouve seul sur le marché prêt à être vendue. Tout comme Volkswagen qui a introduit fin juin en bourse sa branche poids lourds, réalisant au passage l’une des plus grosses IPO de l’année en Europe.

Introduire en bourse des activités n’est pas anodin. Les économistes vous diront que cette initiative boursière permet de valoriser l’action et donc de mieux préparer une possible vente de l’activité. La liquidité du capital est plus importante puisque, par l’achat et la vente d’actions, il est ouvert à n’importe quel investisseur. Les actionnaires historiques vendent ainsi plus facilement leurs parts lors de la cotation. L’opération est donc purement réfléchie. L’an dernier, l’ex-patron de CNH Industrial, Richard Tobin, n’avait pas caché l’intention du groupe : « Pour obtenir une pleine valorisation, il faut séparer les deux activités. »

Autre procédé : isoler les activités commerciales, en clair isoler les chiffres d’affaires. Mercedes a dernièrement décidé de séparer ses différentes activités. L’entité Mercedes-Benz Trucks France regroupe désormais les activités de vente et de réparation des camions Mercedes-Benz, Unimog et Fuso sur le territoire français. Ce qui n’empêche pas à Mercedes-Benz France de poursuivre ses activités de distribution et de réparation pour l’automobile et les utilitaires. Idem pour Volvo Trucks et Renault Trucks. A la surprise générale, les deux marques ont annoncé que des filiales dédiées à chaque constructeur seront mises en place en Europe à partir de janvier 2020 « afin de tirer pleinement parti du potentiel du marché et des 2 marques ». une démarche sincère ou une opération plus complexe pour mieux vendre ces activités VI ?

Qui pour reprendre ses activités poids lourds ? Peu de repreneurs en vue sur le Vieux continent. En revanche, les chinois ne sont pas loin. Geely qui a déjà repris Volvo était annoncé comme repreneur d’Iveco. Il n’a pas dit son dernier mot. Cela veut dire que les marques européennes se retrouveraient au sein d’un groupe chinois ? Réponse probablement dans quelques mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *