EDITO HERVE REBILLON

EDITO de Hervé Rébillon : les nouvelles énergies auront besoin d’être connectées

Contrairement au diesel, les nouvelles solutions alternatives – électrique, gaz – demandent des équipements nouveaux et complémentaires. Un véhicule électrique est doté de batteries, plus contraignantes que le simple réservoir et qu’un simple plein de gasoil. Et ces nouvelles énergies auront besoin incontestablement d’être connectées.

C’est vrai que la tendance est aujourd’hui à tout connecter, le plus souvent sans rien unifier, à en perdre son latin. L’interopérabilité n’est qu’à ses débuts. Il faudra attendre encore. Les nouveaux carburants ne devraient pas y échapper.

La connectivité est un nécessité pour ces « remplaçants » au diesel. Pour le conducteur tout d’abord. Son tableau de bord doit être impérativement relié aux batteries par exemple pour en connaître l’état de la charge restante. Et encore plus pour le gaz. L’une de nos prises en main nous a appris qu’il est difficile de connaître la quantité exacte de gaz dans son camion.

Pour le chef d’entreprise aussi. A ce jour, la gestion des flottes et par là-même de la société est basée en partie sur le poste carburant, le gasoil. Demain il faudra intégrer les nouvelles énergies, d’autant plus si le parc est dominé par telle ou telle solution alternative au carburant. Pour obtenir le TCO, les systèmes embarqués sont indispensables. Il faut enfin que les constructeurs fassent preuve de pédagogie pour aborder ces nouvelles énergies plus complexes tant dans leur contenu que dans leur utilisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.