EDITO HERVE REBILLON

Edito de Hervé Rébillon, les routiers, les invisibles de l’économie

Alors qu’outre-Altantique, le transport routier de marchandises est vénéré par la population et pris en compte partiellement par les politiques (regardez le phénomène du convoi de la liberté au Canada très loin du mouvement européen), en France les futurs candidats à l’élection présidentielle font silence radio. Les routiers sont les invisibles de l’économie.

La FNTR ou encore France Logistique ont fait part de leurs « revendications » aux candidats, aucun n’a répondu publiquement. Pourtant les mesures proposées sont fondées à plus d’un titre. Alors que les conducteurs routiers au volant de leur camion ont été, et sont encore, en première ligne. Ils ont été au front envers et contre tout. Les candidats programment l’économie de la France sans eux …

Non seulement les salariés du TRM comme on les surnomme, mais aussi leurs patrons. Les entreprises de transport dégageant déjà avant la pandémie aucune marge ont fait preuve de courage, limitant la casse, sans d’aides des chargeurs. Qui a entendu parler d‘eux pendant la crise ? Les transporteurs sont peu nombreux à avoir profiter des prêts de l’Etat. En clair, les trésoreries sont vides mais les professionnels du transport résistent.

Le bilan Macron pour le transport routier n’est guère réjouissant. La suppression progressive du remboursement de la TICPE pour le TRM est un véritable retour en arrière. Dans la plus grande indifférence. Et les écotaxes autorisées en région inquiètent la profession. Les nouvelles aides tardives à l’acquisition de camions électriques paraissent comme une aubaine. Tout cela ne réglera pas le problème de fonds : la taxation du TRM. Il en sera question lors de la réunion informelle entre les ministres européens des transports au Bourget cette semaine.

3 Responses

  1. Ce constat est fait par 100% des patrons routiers, des chefs d entreprises du transport routier. Il n’y plus vraiment personne pour bouger car comme vous dites les trésors sont quasi a sec pour bcp de confrères. La concurrence déloyale, les affréteurs, les logiciels style transporeon font tout pour nous faire toucher le fond. Réagissons bordel!

  2. Bonjour à tous.
    Ce problème du TRM Français perdure depuis des années. J’ai géré une entreprise de transport express en vl pendant 20 qui a été liquidée en janvier dernier et je sais donc de quoi je parle. Depuis déjà bien des années les transporteurs routiers français et leurs chauffeurs réagissent comme des vieilles bonnes femmes ou comme des toutous Chouinant par ci vociferant par là mais plus aucun mordant, des toutous qui remuent la queue dès que l’état ou l’Europe leur lance un su-sucre.
    Nous étions, ou plutôt vous étiez les héros du début de la crise, méprisés avant et oubliés ensuite et la vous revenez pleurnicher en argant que vos trésoreries sont exsangues ; mais prenez vous en à vous car quand on veut vivre sur des compromis on finit fatalement à en payer le prix fort. Néanmoins je vous souhaite force honneur et courage pour la suite.
    Bien cordialement à tous

  3. Le métier de conducteur routier est mal rémunéré normalement il doit y avoir une augmentation en février, je suis au coef 150 cela fait 20 ans que je roule je suis dans m’a 15 éme année au sein de la même boite 11,43 euros brut de l’heure, contrat 186 heures nous devons pas dépasser les 200 heures si nous faisons trop d’heures le trafic manager nous arrêtes avant la fin de mois donc perte des frais (il ne compte pas pour la retraite mais cela aide bien).
    gagner 2800 euros avec les frais de route pour 4 semaine dans une camion du lundi au vendredi et des fois rentrer le samedi, les jeunes privilège la vie de famille, actuellement il faut vraiment avoir la passion des camions pour faire ce métier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.