EDITO HERVE REBILLON

EDITO de Hervé Rébillon : les transporteurs rêvent d’un plan ferroviaire à 170 millions

170 millions d’aides. Une coquette somme qui fait rêver les transporteurs français. Ces 170 millions d’aide annuelle annoncés par le ministre des transports au fret ferroviaire représente l’achat de plusieurs centaines de camions propres. Multiplier par 4 si on prend en compte cette aide annuelle jusqu’en 2024.

Nous savons tous aujourd’hui que le prix élevé mais justifié d’un camion à nouvelles énergies (des heures de recherches) freine les acheteurs que sont les transporteurs. Ce prix est trois plus élevé qu’un poids lourd ordinaire diesel.

Selon les résultats du rapport de la Task Force organisée par le ministère des transports avec le concours des constructeurs et des transporteurs, le TCO d’un camion 44 tonnes GNV et BioGNV est identique à celui d’un véhicule diesel (environ 62 500 euros annuels), en revanche il est le double pour un camion électrique longue distance (112 500 euros annuels). Il explose pour un véhicule hydrogène, avec les données que nous possédons actuellement. Reste à savoir si le rapport prend en compte tous les paramètres et les imprévus de ces nouvelles énergies. L’avenir nous le dira.

Que fait le gouvernement français ? En Allemagne, l’aide pour acheter un camion représente 80% de l’achat. Elle peut atteindre 500 000 euros pour une seule entreprise de transport. En France, elle n’est que de 12% en faisant les meilleurs calculs.

Jean-Baptiste Djebbari a promis de nouvelles aides « pour décarboner le transport routier ». S’agira-t-il de milliers d’euros ou de millions d’euros ? Les transporteurs sont impatients. Le ministre a déclaré à la SITL : « le rail et la route ont beaucoup à faire ensemble. » Mais les transporteurs le savent depuis longtemps, il faut passer à la prochaine étape : apporter un véritable plan d’aide au transport routier. Qui n’a jamais vu le jour en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.