EDITO HERVE REBILLON

EDITO de Hervé Rébillon : un ministère des transports sinon rien

A chaque réélection présidentielle ou remaniement, c’est la grande crainte de la profession : perdre son ministère des transports. Et on le comprend à plus d’un titre. Avec cette fois la possibilité que la transition énergétique n’échappe au porte-feuille du prochain ministre des transports.

Après des semaines de suspens (bien que cela n’intéressait que l’intéressé), et contrairement à ce qu’il avait affirmé à TRM24 (après l’information publiée), Jean-Baptiste Djebbari passe le relais et partira bien du boulevard Saint-Germain. Il a déjà fait ses cartons ! (vu sur son compte TikTok). Nous ne nous intéresserons pas ici à son successeur mais bien à savoir si le ministère des transports sera maintenu.

Encore la semaine dernière, un bruit courait selon lequel le transport, l’agriculture et la pêche intégreraient un grand ministère de l’industrie et de l’économie tant voulu par Le Maire. Mais ce n’est pas la première fois qu’une telle information circule à quelques heures d’un changement de gouvernement. Il semble très probable que Macron conserve un véritable ministère des transports. D’autant s’il nomme Elisabeth Borne comme première ministre.

En effet, si elle est confirmée, l’ancienne ministre des transports préférera laisser à l’un de ses ministres la tutelle de ce secteur qu’elle n’a jamais vraiment appréciée. Comme son successeur d’ailleurs.

La crainte est plutôt dans le traitement de la transition énergétique qu’avait entamé Djebbari sans qu’elle soit d’une grande efficacité. On peut malgré tout lui reconnaitre de l’avoir initiée avec la profession. Notre ministre TikTok aura lancé la task force qui risque de ne pas survivre, Matignon étant pressenti pour recentrer la Transition énergétique.

En clair, un ministère des transports est indispensable et même obligatoire. Le secteur en a besoin, plus que jamais !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.